Avancée rebelle dans l'ouest ivoirien, une dizaine de morts samedi à Abidjan

13 mars 2011 à 19h35 par La rédaction

ABIDJAN (AFP)

Les forces alliées à Alassane Ouattara, président ivoirien reconnu par la communauté internationale, ont pris dimanche une nouvelle localité dans l'ouest au lendemain d'une offensive de leurs rivaux dans un quartier d'Abidjan ayant fait une dizaine de morts.

Ces développements militaires, les plus importants depuis le début de la crise post-électorale, interviennent après un sommet jeudi de l'Union africaine consacrant l'impasse politique, avec la confirmation de la victoire de M. Ouattara, rejetée par le président sortant Laurent Gbagbo.

Ils coïncident également avec le retour à Abidjan, annoncé dimanche, de M. Ouattara, fort des soutiens de l'UA, du Nigeria, le poids lourd de la région, et du Burkina Faso.

Dans l'ouest, les "rebelles" des Forces nouvelles (FN) "ont pris la ville de Doké, entre Toulépleu et Bloléquin" à l'issue de combats, a affirmé à l'AFP un milicien pro-Gbagbo, joint par téléphone depuis Abidjan.

"Nos hommes sont actuellement stationnés à Doké", a confirmé un responsable FN basé à Man, principale ville du "Grand Ouest" ivoirien, frontalier du Liberia.

Depuis mi-février, les FN, qui tiennent le nord du pays depuis 2002, ont ainsi pris quatre localités de l'ouest, leur prise majeure ayant été la ville de Toulépleu, tombée le 6 mars après des combats contre les Forces de défense et de sécurité (FDS) fidèles à M. Gbagbo et les miliciens qui les appuient.

L'objectif des forces pro-Ouattara est de prendre la ville de Bloléquin, à une dizaine de kilomètres de Doké, qui leur ouvrirait un accès au centre-ouest et au port de San Pedro (sud-ouest), le plus grand port d'exportation de cacao au monde.

La Côte d'Ivoire est le premier producteur et exportateur mondial de cacao, la fève brune représentant avec le café (à un niveau moindre) 40% des recettes d'exportation du pays en temps normal.

Loin des caméras, M. Ouattara a effectué pendant ce temps un retour discret au Golf hôtel d'Abidjan, où il vit retranché sous blocus des FDS mais protégé par des Casques bleus de l'ONU et des éléments FN depuis fin 2010.

Le camp Gbagbo avait interdit de vol les appareils de la mission de l'Onu en Côte d'Ivoire (Onuci) et de la force française Licorne, utilisés pour le transport des personnalités du camp Ouattara.Mais cette interdiction avait été rejetée tant à Paris qu'à New York.

Ce retour intervient au moment où les habitants d'Abobo, quartier nord d'Abidjan et fief des partisans -civils ou armés- de M. Ouattara, comptaient leurs morts après l'offensive samedi des forces pro-Gbagbo.

L'opération ne semblait pas pour l'heure avoir fait bouger les lignes, et Abobo demeurait un nid d'insurgés.Aucun bilan global n'a été fourni mais il atteint au moins une dizaine de morts, selon des constatations de journalistes de l'AFP et de témoins.

Aucun tir d'arme lourde n'a été rapporté depuis samedi soir.La vie reprenait progressivement, les commerces avaient rouvert, les minibus circulaient, des habitants se rendaient à l'église.Mais dans certains secteurs la tension restait palpable, et des habitants préféraient faire leurs valises.

Quartier le plus peuplé d'Abidjan avec quelque 1,5 million d'habitants, Abobo est devenu l'épicentre de la crise post-électorale, qui a fait près de 400 morts dans le pays selon l'ONU.

Le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à "prendre ses responsabilités", évoquant l'option d'une "opération militaire".

"Il ne faut pas qu'on laisse s'installer cette guerre civile, a-t-il alerté.Elle commence".