Dépêches AFP

Brésil et Emirats élus au Conseil de sécurité de l'ONU pour 2022-2023

11 juin 2021 à 16h07 Par AFP
Le Brésil, les Emirats arabes unis, l'Albanie, le Gabon et le Ghana ont été élus vendredi par l'Assemblée générale de l'ONU pour siéger en 2022 et 2023 au Conseil de sécurité, des arrivées qui pourraient donner du fil à retordre aux cinq membres permanents de cette instance, selon des diplomates. "Le Brésil et les Emirats arabes unis ont des positions bien arrêtées en politique étrangère, et l'Albanie, qui siègera pour la première fois de son histoire au Conseil, est aussi membre de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI)", relève un diplomate sous couvert de l'anonymat. Ces futures entrées, pour succéder en janvier à Saint-Vincent et les Grenadines, au Vietnam et à l'Estonie, vont modifier les rapports de force au Conseil, prédit-il."Ça va changer les choses", confirme un autre diplomate également sous couvert d'anonymat. "Le Brésil est une force en soi", il va succéder au plus petit pays à avoir jamais siégé au Conseil. Quant aux Emirats, "ils ont un rôle dans plusieurs conflits", ajoute-t-il, en allusion au Yémen ou à la Libye. En janvier, Gabon et Ghana prendront de leur côté les sièges occupés actuellement par le Niger et la Tunisie.Lors de l'élection, sur 193 membres des Nations unies appelés à voter, le Brésil a obtenu 181 voix, les Emirats 179, l'Albanie 175, le Gabon 183 et le Ghana 185. Après le retrait de candidatures de la République démocratique du Congo et du Tchad, aucun des cinq postes attribués n'avait plusieurs prétendants.Depuis des années, les groupes régionaux ont pris l'habitude de désigner à l'avance les candidats aux postes qui leur reviennent pour éviter des rivalités fratricides.Après avoir compté dans les années récentes jusqu'à cinq membres au Conseil de sécurité, l'Union européenne risque une perte d'influence car elle n'en comptera en janvier plus que deux, la France et l'Irlande.Le Conseil de sécurité comprend 15 membres au total, dont cinq permanents dotés d'un droit de veto (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni) et dix non permanents, renouvelés par moitié tous les ans.