Dépêches AFP

Centrafrique: Abdoulaye Hissene, chef de guerre motivé par l'argent (rapport)

13 novembre 2018 à 14h39 Par AFP
Le chef de groupe armé opérant en Centrafrique Abdoulaye Hissène est "l'un des profiteurs de guerre les plus influents" de ce pays en conflit, ayant amassé "une fortune" grâce à la violence et au commerce illicite de ressources, indique un rapport mardi. A 51 ans, M. Hissène "s'est progressivement imposé comme l'un des profiteurs de guerre les plus influents" en Centrafrique en "ravivant la haine" entre chrétiens et musulmans, révèle la fondation américaine d'investigation The Sentry.En 2015, il a "donné l'ordre" à ses hommes de "décapiter" un jeune musulman à Bangui "en faisant croire à un acte perpétré par les antibalaka", milices autoproclamés d'autodéfense, selon The Sentry.Cet acte, et d'autres, ont abouti à une vague de violences communautaires entre chrétiens et musulmans, qui a fait des dizaines de morts et était orchestrée "pour le compte de personnalités en quête de pouvoir", selon The Sentry.Aussi, pour "reprendre le contrôle" de sites miniers dans le centre du pays en 2017, M. Hissène "a alimenté des tensions ethniques" entre un groupe armé prétendant défendre les Peuls et le sien.Les deux groupes se sont ensuite battus des mois. Des centaines de civils ont été tués.Selon la fondation, la "montée en puissance" de M. Hissène depuis les années 2000 a été possible "grâce aux liens qu'il a su tisser" avec les milieux politiques d'Afrique centrale.Ancien ministre centrafricain en 2013-2014, il a obtenu "trois passeports" diplomatiques. Photo à l'appui, The Sentry affirme qu'il a voyagé en 2014 dans un jet privé avec le ministre des Mines du Congo-Brazaville de l'époque.Au Tchad, Abdoulaye Hissène était cette année-là "en contact direct" avec le ministre du Pétrole d'alors. Avec lui et d'autres proches du président Idriss Déby, M. Hissène s'est créé des "réseaux d'affaires" à N'Djamena en créant différentes sociétés, dans le commerce de voitures de luxe et le pétrole, selon The Sentry.En parallèle, M. Hissène a vendu ou essayé de vendre des diamants et de l'or au Cameroun et au Kenya, affirme la fondation qui publie une photo de lui en 2014 à Nairobi avec "ce qui pourrait être des lingots d'or de fabrication artisanale", selon la fondation américaine.En 2017, l'ONU et les Etats-Unis ont gelé ses avoirs et l'ont interdit de voyage. Il est depuis 2016 sous mandat d'arrêt en Centrafrique, où un quart de la population a fuit le conflit qui dure depuis 2013.