Chaos à Washington: le refus de quitter le pouvoir n'est pas "l'apanage des seuls Africains" (association en RDC)

Par AFP

AFRICA RADIO

Des mouvements citoyens de la République démocratique du Congo ont estimé jeudi que le refus de quitter le pouvoir après une défaite électorale n'était pas "l'apanage des seuls Africains", au lendemain des violences au sein même du Capitole aux États-Unis.

"On doit arrêter de dire qu'il n'y a que des Africains qui ne veulent pas de la démocratie. On a la preuve que le refus de quitter le pouvoir après une défaite électorale n'est pas l'apanage des seuls Africains", a déclaré à l'AFP Bienvenu Matumo, du mouvement Lutte pour le changement (Lucha)."Ce qui s'est passé nous rappelle que la nature humaine, peu importe la couleur ou les origines, a besoin de garde-fous: éducation, institutions fortes, leadership responsable pour contenir ses instincts primaires", a insisté Floribert Anzuluni coordonnateur de Filimbi, un autre mouvement citoyen congolais.Lucha et Filimbi sont deux des principaux mouvements pro-démocratie qui militent pour l'avènement d'un État de droit en RDC.MM. Anzuluni et Matumo ont plaidé pour que "des règles du jeu démocratiques américaines soient respectées". Ils ont également condamné le manque de maîtrise de la police américaine qui a tiré à bout portant sur des manifestants, "exactement comme en Afrique", a dit M. Matumo.Les États-Unis ont régulièrement condamné les répressions meurtrières des manifestants à travers l'Afrique et particulièrement en RDC surtout durant la fin du mandat de l'ancien président Joseph Kabila (2001-2019).