Coronavirus: le président du Niger demande "un plan Marshall pour l'Afrique"

Par AFP

AFRICA RADIO

La pandémie de coronavirus renforce la nécessité d'"un plan Marshall pour l'Afrique", estime Mahamadou Issoufou, le président du Niger, un des pays les plus pauvres au monde, dans une interview diffusée vendredi sur la chaîne France 24.

"Déjà avant la pandémie, l'Afrique avait besoin d'un plan Marshall pour son développement, pour lutter contre la pauvreté. Cette pandémie est un argument de plus pour justifier la nécessité d'un plan Marshall pour l'Afrique", déclare le président nigérien.Le plan Marshall avait été mis en place par les Etat-Unis pour aider à la reconstruction de l'Europe après la seconde guerre mondiale."Même les pays plus développés sont débordés. Nos moyens sont plus faibles, nos systèmes de santé sont plus fragiles. Donc on a besoin d'une expression très forte de la solidarité internationale pour faire face à cette crise", ajoute M. Issoufou.L'Afrique est encore relativement peu touchée par la pandémie avec plus de 7.000 cas et près de 300 décès officiellement déclarés, selon le dernier bilan de l'AFP. Le Niger a fait état vendredi d'un total de 98 cas et 5 décès. L'Etat nigérien estime à 600 milliards FCFA (900 millions d'euros), soit 7,4% de son PIB, les besoins financiers pour la lutte contre l'épidémie et pour soutenir l'économie et la population de ce pays sahélien.Dans cette zone sahélienne, plusieurs pays, notamment le Niger, le Burkina Faso et le Mali, luttent aussi contre de nombreux groupes jihadistes qui sèment la violence, entraînant l'exode de centaines de milliers de réfugiés et déplacés, créant une situation humanitaire dramatique.La lutte contre la pandémie de covid-19 est "une mission extrêmement difficile: la crise sanitaire vient s'ajouter à la crise sécuritaire que nous connaissons déjà, qui consomme 17% de nos ressources budgétaires", a souligné le président Issoufou.Niamey a estimé mercredi que son taux de croissance économique devrait baisser en 2020 de 2,8 points, de 6,9% initialement prévu à 4,1%, entrainant une chute des recettes budgétaires. Le Niger abrite près de 450.000 réfugiés (Nigérians, Maliens et Burkinabè) et déplacés, chassés par les violences jihadistes ou des bandes armées, selon l'ONU.Jeudi le Programme alimentaire mondial (PAM) a averti que la crise humanitaire dans la région du Sahel central risquait de devenir "ingérable" avec plus de cinq millions de personnes confrontées à une grave insécurité alimentaire, tandis que le coronavirus se propage.L'Afrique, et en particulier l'Afrique sub-saharienne qui a importé plus de 40 millions de tonnes de céréales en 2018, est le continent le plus menacé par le risque de pénurie alimentaire en raison de la pandémie de Covid-19, a par ailleurs averti le PAM.