Darfour: des troupes d'élite déployées à Nyala, théâtre de heurts

Par La rédaction

Nyala (Soudan) (AFP)

Des troupes d'élite soudanaises ont été déployées à Nyala au Darfour, après plusieurs jours de heurts meurtriers entre membres des forces de sécurité, selon un correspondant de l'AFP.

Ce reporter, le premier parmi les journalistes travaillant pour des médias étrangers à avoir pu se rendre sur place depuis le début des violences il y a une semaine, a compté pas moins de douze 4X4 surmontés de mitraillettes appartenant aux forces d'élite (NISS) sur le chemin entre l'aéroport et la ville de Nyala, à 6 km de là.

Une dizaine d'hommes étaient stationnés avec chaque véhicule alors que le calme est apparemment revenu mercredi.

Selon des responsables, des "différends" entre membres de forces de sécurité ont été à l'origine des heurts qui ont agité la semaine passée Nyala, deuxième ville du Soudan et capitale du Darfour-Sud.

Ces violences ont fait au moins huit morts, dont deux travailleurs humanitaires soudanais de l'ONG World Vision, et plus de vingt blessés, dont un Soudanais recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité au Darfour, Ali Kosheib, selon les médias officiels.

La distribution de l'aide alimentaire pour quelque 400.000 personnes sera perturbée à la suite de ces violences, selon le Programme alimentaire mondial de l'ONU (PAM).

Alors qu'ils commencent le jeûne du mois du ramadan, des habitants de Nyala  ont témoigné de leur difficultés.L'électricité est coupée depuis deux jours, le prix du carburant est quatre fois plus élevé que dans la capitale Khartoum et une zone commerçante était fermée après avoir été pillée et mise à feu dimanche.

Les violences  ont été déclenchées par la mort d'un membre d'une unité de police paramilitaire du Darfour-Ouest, connue sous le nom de "Réserve centrale" et dont certains membres darfouris appartenaient auparavant à la milice pro-gouvernementale Janjawid, accusée d'avoir mené des attaques contre des civils soupçonnés de soutenir les rebelles.

Les rebelles des tribus noires du Darfour se sont soulevés en 2003 contre le gouvernement de Khartoum dominé par les Arabes.Depuis, la région est secouée par des violences qui ont fait plus de 300.000 morts selon l'ONU, 10.000 selon Khartoum.