Disparition d�??un grand symbole de notre temps : Wangari muta Maathai !

Par La rédaction

Wangari Maathai née le 1er avril 1940 est décédé ce dimanche 25 septembre 2011 à 71 ans. D'origine kenyane, elle était biologiste et professeur d'anatomie en médecine vétérinaire.En plus d'avoir fait de très brillantes études, première femme de l'Afrique de l'Est à obtenir une licence en biologie au Mount St Scholastica College dans le Kansas, puis un doctorat en médecine vétérinaire à l'Université de Nairobi, Wangari était aussi une femme exceptionnelle. Elle fut en 2004, la première femme africaine à obtenir le prix Nobel de la paix, récompense méritée pour son dévouement au développement durable. Fondatrice du « Green belt movement » en 1977, mouvement qui aura contribué à la plantation d'une quarantaine de millions d'arbres, pour prévenir le changement climatique, elle fut l'initiatrice de l'écologie en Afrique à une époque où cela n'avait pas encore autant d'ampleur.Plus qu'une militante pour l'environnement, elle combat aussi pour la cause des femmes. Effectivement, elle présida aussi le « Maendeleo ya wanawake » - Développement des Femmes - (Conseil national des femmes au Kenya), qui vise à inciter ses concitoyennes à planter des arbres. Pour Wangari, planter un arbre contribue au développement de la femme, africaine en particulier. Elle pensait à toutes ces femmes qui peinent dans les corvées de bois, d'eau, sur des kilomètres, pour faire vivre leurs familles ! Si demain la femme africaine se libérait de ces corvées, elle s'adonnerait aux tâches qui construisent autrement ! Grande Wangari Maathai !En 1997, elle fut candidate aux présidentielles, mais ce fut un échec, les hommes tenant mordicus à leurs avantages injustifiés. Wangari Maathai n'en avait pourtant pas fini : elle fonda en 2003, le parti vert « Marzingira » et fut nommée la même année ministre adjoint à l'environnement, aux ressources naturelles et à la faune sauvage. Encore une fois, elle avait des années d'avance sur son temps !Elle fut ensuite conseillère au « conseil pour l'avenir du monde », à partir du 29 juillet 2009.Figure du combat écologiste, Wangari s'était récemment investie dans la sauvegarde de la forêt du Bassin du Congo, deuxième massif forestier tropical au monde, soumis au pillage égoïste des puissances non-africaines.« La femme- arbre » n'est plus, notre terre connaît une grande perte.Faty