Egypte: célébrations de l'Aïd al-Adha sous haute sécurité au Caire

Par La rédaction

AFRICA RADIO
Le Caire (AFP)

Les musulmans d'Egypte ont entamé mardi à l'aube les célébrations de la fête musulmane de l'Aïd al-Adha sous haute sécurité, les forces de sécurité ayant verrouillé les principales places du Caire après des heurts récents en marge de manifestations.

Ainsi, les forces de sécurité bloquaient les accès à l'emblématique place Tahrir de la capitale, épicentre de la révolte populaire de 2011 qui avait chassé le président Hosni Moubarak, ainsi que ceux aux places Rabaa al-Adawiya et Nahda, où la dispersion dans un bain de sang des partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée avait fait des centaines de morts le 14 août.

Des responsables des services de sécurité et des témoins ont ajouté que des fidèles avaient prié dans et autour d'une mosquée proche de la place Moustapha Mahmoud, sans toutefois s'aventurer sur cette place, pourtant habituellement un lieu de rassemblement pour cette fête, la plus importante du calendrier musulman.

Alors que l'Alliance contre le coup d'Etat, coalition pro-Morsi, avait appelé ses partisans à prier sur les places et dans les rues du pays, aucun incident n'a été signalé à l'issue des différentes prières de la journée, ont affirmé à l'AFP des responsables de la sécurité.

Des manifestations, de taille modeste, ont eu lieu à Alexandrie (nord), ainsi que dans plusieurs quartiers du Caire, dans le delta du Nil et la province de Minya, ont-ils rapporté.Ils ont précisé qu'aucun affrontement n'avait eu lieu entre forces de l'ordre et manifestants islamistes.

Le président par intérim Adly Mansour et le général Abdel Fattah al-Sissi, chef de l'armée et nouvel homme fort du pays, ont participé à la prière de l'aube dans une mosquée des forces armées dans l'est du Caire, a rapporté la télévision d'Etat.

Lundi, l'agence officielle Mena avait affirmé, citant une source de sécurité sous le couvert de l'anonymat, que le ministère de l'Intérieur "ne tolèrera pas et s'opposera à toute tentative de perturber les célébrations de l'Aïd".

Le 6 octobre, une foule de partisans de M. Morsi avait tenté d'approcher la place Tahrir où avaient lieu des célébrations à l'occasion du 40ème anniversaire de la guerre israélo-arabe de 1973.

Officiellement 48 personnes avaient ensuite péri dans des heurts entre police et manifestants islamistes, 49 selon Amnesty International.