Egypte: procès de plus de 1.200 pro-Morsi, le plus important depuis l'éviction de Morsi

22 mars 2014 à 6h53 par La rédaction

Le Caire (AFP)

Plus de 1.200 partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée doivent comparaître samedi en Haute-Egypte lors du plus important procès depuis le début de la répression qui s'est abattue sur eux début juillet.

Parmi les coaccusés dans cette affaire qui sera jugée dans le gouvernorat d'al-Minya, à 250 kilomètres au sud du Caire, figurent de nombreux dirigeants des Frères musulmans de M. Morsi, dont leur Guide suprême Mohammed Badie, selon des sources judiciaires.

Ils doivent notamment répondre de violences ayant causé la mort de deux policiers et d'attaques contre des biens publics et privés le 14 août dans cette province, au moment où soldats et policiers dispersaient dans un bain de sang des rassemblements islamistes au Caire.

C'est la première fois qu'autant de personnes sont jugées dans une seule affaire, alors que de nombreux procès d'islamistes se sont ouverts depuis la destitution le 3 juillet de M. Morsi, seul chef d'Etat jamais élu démocratiquement en Egypte.

Selon des sites d'information proches de la confrérie, les premières audiences se dérouleront sur six jours de suite, et six tribunaux ont été mobilisés pour accueillir tous les accusés, dont certains devraient être jugés par contumace.

Depuis l'éviction de M. Morsi, les nouvelles autorités ont lancé une répression implacable qui a fait au moins 1.400 morts selon Amnesty International, dont plus de la moitié le 14 août lors de la dispersion de deux sit-in pro-Morsi au Caire.En outre, en huit mois, des milliers d'islamistes ont été arrêtés et sont désormais jugés, à l'image de M. Morsi et de la quasi-totalité des dirigeants des Frères musulmans qui encourent la peine de mort. 

Depuis la destitution de M. Morsi, ses partisans manifestent régulièrement pour réclamer son retour au pouvoir.Leurs rassemblements ont souvent dégénéré en heurts avec les forces de sécurité et des opposants au président destitué.

L'influente confrérie des Frères musulmans a été classée groupe "terroriste" en décembre par les autorités après un attentat pourtant revendiqué par un mouvement jihadiste sans lien connu avec le mouvement islamiste vieux de 85 ans.