ElBaradei aux islamistes en Egypte: les slogans ne suffisent pas

Par La rédaction

LE CAIRE (AFP) - (AFP)

Les Egyptiens qui ont massivement voté pour les islamistes aux législatives seront obligés de constater, si ces derniers dirigent le pays, qu'on ne peut gouverner avec de simples slogans, a affirmé Mohamed ElBaradei, candidat déclaré à la présidentielle.

"Laissez (les islamistes) gouverner et qu'ils aient leurs chances, les gens découvriront que les slogans ne suffisent pas", a affirmé M. ElBaradei, l'une des figures politiques du camp libéral en Egypte, dans une interview au quotidien indépendant Al Chourouq de mardi.

L'ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la Paix à ce titre commentait la victoire dès le premier tour des mouvements islamistes, notamment celle des Frères musulmans, augurant leur domination sur le futur Parlement.

M. ElBaradei est proche des militants qui manifestaient juste avant le début des élections contre le pouvoir militaire en place depuis la chute de Hosni Moubarak et qui estiment que "la révolution" du début d'année leur a été confisquée par les Frères musulmans.

La confrérie islamiste, les fondamentalistes salafistes et la formation Wassat (islamistes modérés), ont obtenu au total 65% des voix des au premier tour de ces législatives, dont le second tour se tenait lundi et mardi pour un tiers des gouvernorats d'Egypte.

M. ElBaradei s'en est pris violemment à l'armée au pouvoir, soulignant l'"échec" des militaires à gérer les affaires du pays.

"Nous vivons aujourd'hui dans un système fasciste avec des tribunaux militaires et la loi d'urgence, et s'il y avait un autre round de la révolution, elle sera chargée de colère et de violence", a-t-il indiqué. "La situation va de mal en pis après l'échec du Conseil militaire dans la gestion de la période de transition", a poursuivi M. ElBaradei, estimant que les jeunes Egyptiens, moteur du soulèvement du début d'année, "sont complètement désabusés car rien n'a changé".

"Si de nouvelles élections sont organisées dans un ou quatre ans, ce sont vous, les jeunes, qui allez gouverner l'Egypte", a-t-il dit.