Espèces menacées en Afrique: Hollande annonce des mesures, dont des amendes "décuplées"

5 décembre 2013 à 16h20 par La rédaction

Paris (AFP)

François Hollande a annoncé jeudi une série de mesures pour lutter contre le trafic et le braconnage des espèces menacées à commencer par des amendes "décuplées" en France, lors d'une table ronde à Paris, à la veille d'un sommet sur la paix et la sécurité en Afrique.

Assurant que "la France a décidé (...) d'agir", le chef de l'Etat a précisé avoir "d'abord demandé que soit renforcé le dispositif de lutte contre le braconnage avec des amendes décuplées".Acheter de l'ivoire par exemple ne doit plus être "un acte anodin" mais être "clairement un acte puni", a-t-il souligné.

"Les gains générés par le braconnage (doivent) être menacés par l'importance des amendes", a-t-il encore insisté.

La table ronde introduite par François Hollande devait réunir une vingtaine de dirigeants africains dont sept chefs d'Etats (Cameroun, Comores, Côte d'Ivoire, Gabon, Mali, Tanzanie, Togo) et les Premiers ministres du Swaziland et de la Libye.

Cette initiative française s'inscrit dans un contexte de préoccupation internationale croissante pour l'avenir d'espèces menacées (éléphants, primates, rhinocéros, tortues, hippopotames, etc.), objets d'un trafic estimé par le président Hollande à 20 milliards de dollars par an dans le monde.

Le chef de l'Etat français a également annoncé avoir "demandé à la ministre de la justice, Chistiane Taubira, d'envoyer dans les jours qui viennent une circulaire pénale relative au trafic des espèces menacées".

"Il y aura des saisies beaucoup plus importantes qu'aujourd'hui qui pourront avoir lieu grâce à cette mobilisation", a-t-il assuré, affirmant qu'au moment même où il s'exprimait "une destruction des stocks d'ivoire saisis par la police ces dernières semaines" avait lieu.

A l'échelle internationale, a-t-il poursuivi, la France "proposera à ses partenaires de renforcer l'Office des nations unies chargé de la lutte contre le trafic de drogue et le crime pour l'élargir au trafic des espèces menacées".

Un projet de résolution sera présenté à cette fin lors d'une conférence des nations unies en février 2014, a-t-il précisé.

La France, via son agence de développement, entend également "soutenir 40 projets pour protéger les territoires" menacés et "accorder de nouvelle facilités de financement aux ONG" luttant dans ce domaine.

En dernier lieu, François Hollande a exprimé sa volonté de renforcer la "coopération douanière entre les Etats concernés et l'harmonisation des dispositions pénales".