Hosni Moubarak sera jugé au Caire

Par La rédaction

LE CAIRE (AFP) - (AFP)

L'ex-président égyptien Hosni Moubarak sera jugé au Caire à compter du 3 août, a annoncé jeudi l'agence officielle égyptienne Mena, en citant un responsable du ministère de la Justice.

"Il a été décidé que le procès de l'ex-président Moubarak et de ses deux fils Alaa et Gamal aurait lieu dans les bâtiments de l'autorité générale pour l'investissement et le commerce sur les terrains de la foire-exposition du Caire", a indiqué la Mena, citant Mohamed Manei, l'un des assistants du ministre de la Justice.

Le procès de l'ex-président égyptien, renversé en février, aurait pu avoir lieu soit à Charm el-Cheikh, une station balnéaire sur la mer Rouge où il est actuellement détenu dans un hôpital, soit au Caire.

Cette seconde option était réclamée par les manifestants qui reprochent à l'armée de tarder à juger les dignitaires de l'ancien régime et exigent une audience publique dans la capitale.

Le président déchu est accusé de corruption ainsi que de la mort de manifestants au cours du soulèvement contre son régime en janvier et février.Ces événements ont fait près de 850 morts.Il risque la peine de mort s'il est reconnu coupable de meurtre.

M. Moubarak, 83 ans, a été admis à l'hôpital international de Charm el-Cheikh en avril à la suite d'un malaise cardiaque.Il y séjourne depuis en état de détention préventive.

Ses fils, Alaa et Gamal, ainsi que l'ancien ministre de l'Intérieur Habib al-Adli sont en détention préventive à la prison de Tora au Caire.

L'ancien ministre et six de ses adjoints seront jugés en même temps que l'ex-président, ses deux fils et un homme d'affaires, Hussein Salem, actuellement à l'étranger.

Le ministre du Tourisme égyptien, Mounir Fakhri Abdel Nour, a salué la décision d'organiser le procès au Caire plutôt qu'à Charm el-Cheikh, l'une des principales destinations touristiques du pays.

"Je leur avais demandé de ne pas le faire à Charm el-Cheikh.Il semble qu'ils ont suivi mon conseil", a-t-il déclaré à l'AFP.Le ministre estimait que le procès et le dispositif de sécurité qui va l'acccompagner auraient "perturbé" la station balnéaire.

M. Manei a pour sa part fait état d'un "plan de sécurité sans précédent" qui mettra à contribution policiers et soldats pour assurer la sécurité lors du procès.Les chaises seront fixées au sol dans la salle accueillant le public assistant à l'audience, pour éviter toute violence.

La presse pourra assister à l'audience, mais seule la télévision d'Etat égyptienne pourra la filmer, selon l'agence qui ne précise pas si le procès sera retransmis en direct.

Selon ses médecins, l'ancien président égyptien refuse de s'alimenter et est devenu "extrêmement faible".

La santé de M. Moubarak fait l'objet d'informations rares, souvent contradictoires.

Son avocat, Farid el-Dib, a déclaré en juin que son client souffrait d'un cancer de l'estomac et en juillet qu'il était dans un "coma complet", des informations toutefois démenties par l'hôpital et par le ministère de la Santé.

Diverses sources médicales ont assuré qu'il était dépressif, qu'il lui arrivait de perdre connaissance, mais d'autres ont assuré que son état était "stable", sans autres précisions.