HRW demande des enquêtes sur les violences électorales meurtrières en Côte d'Ivoire

2 décembre 2020 à 18h19 par AFP

AFRICA RADIO

Human Rights Watch (HRW) a appelé mercredi le gouvernement ivoirien à "enquêter de toute urgence sur les meurtres de plus de 50 personnes lors des violences politiques et intercommunautaires" qui ont accompagné l'élection présidentielle d'octobre, dans un communiqué.

Selon l'organisation de défense des droits humains, "les forces de sécurité n'ont pas protégé les civils de manière adéquate" et ont tué "au moins deux manifestants" lors de la dispersion de manifestations de l'opposition à Elibou (centre) le 9 novembre.La secrétaire d'État ivoirienne chargée des Droits de l'Homme Aimée Zebeyoux a démenti dans un courrier adressé à HRW que les forces de l'ordre aient tué ou blessé quiconque et assuré que les efforts du gouvernement pour sécuriser l'élection et prévenir les violences communautaires et politiques avaient "permis une bonne tenue du scrutin et de contenir la grande majorité des débordements".Mme Zebeyoux a aussi indiqué à HRW que des enquêtes avaient été lancées afin "d'identifier et d'interpeller toutes les personnes (partisans du gouvernement comme de l'opposition)" ayant commis des infractions pénales.HRW s'inquiète également des procédures judiciaires lancées contre une dizaine de responsables de l'opposition, dont certains, comme l'ex-Premier ministre Pascal Affi N'Guessan sont toujours en prison."Cibler les membres de l'opposition par le biais d'un processus judiciaire vicié n'apaisera pas les dangereuses tensions politiques et ethniques qui agitent la Côte d'Ivoire", estime Jim Wormington, chercheur de la division Afrique de HRW.Les violences électorales liées à la présidentielle du 31 octobre ont fait au moins 85 morts (dont une cinquantaine le jour du scrutin et les jours suivants) et près de 500 blessés depuis août, dégénérant à plusieurs reprises en affrontements intercommunautaires, selon un bilan officiel.Le président Alassane Ouattara a été réélu pour un troisième mandat jugé inconstitutionnel par l'opposition, qui a boycotté l'élection, incitant ses partisans à la "désobéissance civile", et proclamé un régime de "transition". Le pouvoir a lancé des poursuites judiciaires contre ses responsables, les accusant de "sédition".