Kenya: trois policiers arrêtés pour avoir maltraité et humilié une citoyenne

Par AFP

AFRICA RADIO

Trois policiers kényans ont été arrêtés jeudi après la diffusion devenue virale d'une vidéo sur laquelle on les voit traîner accrochée derrière une moto une femme en partie dénudée et molestée.

Cette arrestation intervient dans un contexte de bronca contre les violences policières au Kenya, dans le sillage des manifestations qui balayent les États-Unis après le décès de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans tué dans le Minnesota (nord) lors de son interpellation par un policier blanc.Sur cette vidéo d'une minute et demie, prise mercredi dans le sous-comté de Kuresoi South, au nord-ouest de Nairobi, on voit un agent de police conduisant une moto derrière laquelle la femme est attachée et traînée au sol, tandis qu'une autre personne la fouette. Son pantalon finit par glisser, la laissant à demi-vêtue. La femme était accusée de s'être introduite dans la maison d'un agent de police, selon une source au sein de l'Autorité indépendante de contrôle de la police (IPOA). "Trois officiers ont été arrêtés hier... à la suite de la diffusion d'une vidéo montrant une femme maltraitée et tirée derrière une moto dans le sous-comté de Kuresoi South", a déclaré dans un communiqué la Direction des investigations criminelles. "Les suspects sont en garde à vue, participant aux investigations sur ce dossier", ajoute-t-elle.L'IPOA a également publié un communiqué confirmant qu'elle avait lancé une enquête. Environ 200 personnes ont manifesté lundi dans le bidonville de Mathare à Nairobi pour protester contre les violences policières, dans un pays où elles ont déjà coûté la vie à 15 personnes depuis l'instauration d'un couvre-feu destiné à empêcher la propagation du nouveau coronavirus.La police kényane est régulièrement accusée par les organisations de défense des droits humains d'utilisation excessive de la force et d'exécutions extrajudiciaires, en particulier dans les quartiers pauvres.La mort de George Floyd n'a pas entraîné de manifestations d'ampleur en Afrique, mais des voix s'élèvent pour appeler les pays du continent à faire face à leurs propres violences policières, qui restent le plus souvent impunies.