La CPI vérifie les informations sur la mort d'un chef militaire libyen recherché

Par AFP

AFRICA RADIO

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a affirmé lundi vérifier les informations sur la mort la semaine dernière en Libye d'un responsable militaire libyen visé par deux mandats d'arrêt de la CPI, Mahmoud al-Werfalli.

Werfalli, un lieutenant du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est du pays, a été abattu dans sa voiture avec son cousin à Benghazi (Est) le 24 mars, a appris l'AFP de source de sécurité.Le bureau de la procureure "a pris connaissance des informations sur l'assassinat d'un suspect de la CPI, Mahmoud al-Werfalli, qu'il est en train de vérifier", a déclaré Mme Bensouda, démentant en revanche les informations faisant état de la présence sur place dans ce but d'une équipe de la CPI.Deux suspects ont été interpellés à la suite de ce meurtre: Mohamad Abdeljalil Saad et Hanine al-Abdaly, fille de l'avocate engagée Hanane al-Barassi, assassinée en novembre à Benghazi, a indiqué la semaine dernière le colonel Ali Madi, chef du parquet militaire de Benghazi.Werfalli, 43 ans, était accusé par la CPI de "crimes de guerre, torture, traitements cruels, crimes contre l'humanité et d'autres crimes inhumains".La Cour avait lancé un premier mandat d'arrêt contre lui en août 2017 pour avoir "directement commis et ordonné" le meurtre de 33 personnes lors d'exécutions sommaires de juin 2016 à juillet 2017 dans la région de Benghazi. Il était visé depuis juillet 2018 par un second mandat d'arrêt pour "crime de guerre" en raison d'accusations d'avoir "exécuté par balle 10 personnes devant la mosquée Bi'at al-Radwan à Benghazi" en janvier 2018.La Libye tente de s'extraire d'une décennie de conflit, depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, un chaos marqué par l'existence ces dernières années de pouvoirs rivaux, en Tripolitaine (Ouest) et Cyrénaïque (Est). Les combats se sont arrêtés à l'été 2020, un cessez-le-feu est observé depuis l'automne et un nouveau gouvernement d'unité vient d'être mis sur pied pour gérer la transition jusqu'à des élections en décembre.