La police interdit une autre manifestation contre les difficultés économiques

Par AFP

AFRICA RADIO

La police zimbabwéenne a interdit dimanche une marche prévue le lendemain par le principal parti d'opposition dans la deuxième ville du pays, Bulawayo, quelques jours après avoir brutalement réprimé des manifestants qui avaient défié un ordre similaire dans la capitale.

"L'interdiction a été décrétée à Bulawayo aujourd'hui pour des raisons de sécurité", a déclaré le porte-parole de la police Paul Nyathi aux journalistes."Plusieurs groupements d'entreprises avaient également fait appel à la Haute Cour pour qu'elle n'autorise pas la marche car un certain nombre de ces organisations avaient perdu leurs biens en janvier, lors de manifestations similaires".Les manifestations qui étaient prévues pour lundi étaient organisées par le principal parti d'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), pour protester contre la détérioration des conditions économiques.La police avait déjà interdit des protestations la semaine dernière à Harare, après que le MDC eut appelé à une série de manifestations dans la capitale contre la gestion de l'économie par le gouvernement du président Emmerson Mnangagwa. Des dizaines de manifestants, dont beaucoup du MDC, avaient défié l'interdiction vendredi et des manifestants ont été blessés lors de la dispersion à coups de matraques, de fouets et de grenades lacrymogènes.Ces manifestations devaient être les premières depuis celles de janvier contre la hausse des carburants, violemment réprimées par les forces de l'ordre.Le président Mnangagwa, qui a succédé fin 2017 à Robert Mugabe, aux commandes du pays pendant trente-sept ans, s'est engagé à relancer l'économie, jusqu'à présent en vain.Le Zimbabwe est confronté à des pénuries régulières de denrées de première nécessité, comme la farine, le pain, l'huile, mais aussi les carburants. Les Zimbabwéens sont aussi confrontés à de très longues coupures d'électricité.Environ cinq millions de personnes, soit un tiers des 16 millions d'habitants ont besoin d'une aide alimentaire, selon le programme alimentaire mondial (Pam)fj/mgu/jlb/sd.