Le FMI verse 99 millions de dollars au Gabon

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Fonds monétaire international (FMI) a octroyé au Gabon 99 millions de dollars dans le cadre d'un prêt triennal consenti l'année dernière, a-t-il annoncé dans un communiqué transmis jeudi à l'AFP par la présidence gabonaise.

"Le programme de réformes économiques du gouvernement, qui est appuyé par le FMI, a pour objectif de rétablir la stabilité macroéconomique et de jeter les bases d'une croissance inclusive", précise le communiqué.Il ajoute que ce programme "cherche aussi à assurer la viabilité de la dette au niveau national et à contribuer à la stabilité extérieure de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac)" à laquelle appartient le Gabon.En juin 2017, le FMI avait approuvé un prêt sur trois ans de 642 millions de dollars à ce pays au titre de son mécanisme élargi de crédits (MEDC). Avec la nouvelle tranche qui vient d'être accordée, ce sont jusqu'ici 395,9 millions de dollars qui ont été versés au Gabon.Cité dans le communiqué, Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du FMI, a estimé que "les résultats obtenus par le Gabon dans le cadre de l'accord MEDC se sont améliorés". "Les autorités ont pris des mesures importantes et difficiles pour maintenir le programme en bonne voie en dépit des élections législatives d'octobre 2018", a-t-il ajouté.Le gouvernment gabonais avait annoncé en juin d'importantes mesures d'austérité visant à réduire les dépenses publiques. Cependant, selon M. Mitsuhiro, "la reprise économique demeure fragile et il est nécessaire de poursuivre l'assainissement des finances publiques et d'opérer des réformes cruciales pour réaliser une croissance vigoureuse et durable".De son côté, le directeur général de la dette du Gabon, Hugues Mbadinga Madiya, s'est réjoui de l'octroi de cette nouvelle tranche "qui consacre les efforts accomplis par le Gabon pour restaurer non seulement l'équilibre des finances publiques et des comptes extérieurs, mais également pour relancer la croissance".Selon lui, cela accroit la "crédibilité (du Gabon) envers les bailleurs de fonds et les créanciers intérieurs' et "ouvre des perspectives de financement prometteuses à court, moyen et long terme".Riche principalement de son pétrole et de sa forêt, le Gabon traverse depuis 2015 une période économique difficile qui a été aggravée par la baisse des prix du brut et s'est traduite par du chômage et des grèves à répétition. Plusieurs entreprises tournent au ralenti ou ont mis la clé sous la porte.L'absence de son pays depuis près de deux mois du président Ali Bongo Ondimba, victime d'un accident vasculaire cérébral et soigné à l'étranger, suscite en outre des inquiétudes dans les milieux économiques.