Le Sénégal s'inquiète de la "recrudescence" des périlleuses tentatives d'émigration

Par la rédaction Africa Radio

AFRICA RADIO

Le gouvernement sénégalais s'est inquiété d'une "recrudescence" des tentatives d'émigration clandestine vers l'Europe, après l'interception depuis le début du mois d'embarcations légères avec près de 400 personnes à bord et la disparition en mer d'un nombre indéterminé de candidats à l'émigration.

Entre le 7 et le 25 octobre, la marine sénégalaise, appuyée par la "Guardia Civil" espagnole (équivalent de la Gendarmerie) et des pêcheurs artisanaux, ont intercepté cinq pirogues en partance pour l'Europe, secourant au total 388 personnes, a indiqué le gouvernement sénégalais dans un communiqué.

Une des pirogues a connu une avarie grave, lorsqu'un incendie s'est déclaré à bord le 23 octobre au large de Mbour, à plus de 80 km au sud de Dakar. Le président sénégalais Macky Sall a déploré sur Twitter "la perte de plus d'une dizaine de jeunes" lors de cet incident.

Les médias sénégalais ont évoqué, en se fondant sur des témoignages de rescapés, un bilan beaucoup plus lourd, se comptant par dizaines de disparus. La marine sénégalaise a affirmé avoir secouru 51 personnes, sans préciser le nombre d'occupants qui se trouvaient initialement à bord de l'embarcation. Plusieurs familles de Saint-Louis (nord) ont indiqué à l'AFP être à elles seules sans nouvelle de 14 de leurs proches embarqués dans cette pirogue. Elles observaient mardi les rituels du deuil musulman, avec notamment des prières, a constaté un correspondant de l'AFP.

L'incendie a été provoqué par "une explosion du moteur et des fûts de carburant à bord", selon le gouvernement."Les opérations de surveillance en mer sont en train d'être menées avec des moyens aériens et navals renforcés" et "28 présumés convoyeurs" ont été interpellés, ont indiqué les autorités.Le président Macky Sall a lancé "un appel aux populations à plus de vigilance et à la collaboration avec les forces de défense et de sécurité pour préserver la vie des jeunes tentés par l'émigration".

Les causes de cette "recrudescence" de l'émigration par la voie maritime n'ont pas été précisées, mais le Sénégal subit les conséquences de la pandémie de coronavirus, qui a entraîné la fermeture des frontières alors que le tourisme est l'un des principaux revenus du pays. Le secteur de la pêche a lui aussi vu ses débouchés se tarir. "Il ne restait qu'un seul choix à mon grand-frère, émigrer pour gagner sa vie, d'autant que certains (de ses amis) arrivés en Espagne lui avaient envoyé des photos et vidéos affichant leur mieux-être", a déclaré à Saint-Louis Ousmane Djigo, sans nouvelle de son frère, parti dans la pirogue ayant pris feu. Ses amis l'avaient, selon lui, persuadé qu'il arriverait en Espagne "sans problèmes et avec un temps clément", a confié le jeune homme à l'AFP.