Les célébrations du Nouvel an dans le monde endeuillées par deux attentats

Par La rédaction

PARIS (AFP)

Les célébrations de la nouvelle année avec leurs spectaculaires feux d'artifices et leurs traditionnels rassemblements de foules à travers le monde ont été endeuillées par deux attentats meurtriers, devant une église à Alexandrie en Egypte et dans une caserne au Nigeria.

Un attentat à la voiture piégée devant une église d'Alexandrie (nord de l'Egypte) a fait 21 morts et plusieurs blessés dans la nuit de vendredi à samedi, selon un bilan provisoire du ministère égyptien de l'Intérieur, selon qui la voiture se trouvait à l'arrêt devant l'église.

Quelques heures auparavant, quatre personnes avaient été tuées et une dizaine blessées dans un attentat à la bombe dans une caserne d'Abuja, la capitale du Nigeria. La bombe a explosé sur un marché se trouvant sur le site de la caserne, lieu populaire particulièrement fréquenté le soir de la Saint-Sylvestre. "La bombe a explosé pendant que les gens mangeaient et buvaient", a précisé le chef de la défense civile de la capitale, Rabi Saidu.

Contrastant avec ces violences, 350.000 personnes, dont de nombreux touristes, ont célébré le passage à l'an 2011 sur les Champs-Elysées à Paris, criant leur joie et s'embrassant dans un froid glacial.

En Grande-Bretagne, la foule était également au rendez vous à Londres et Edimbourg pour admirer les feux d'artifices.

 A Vienne, le dernier chic était d'être parmi les passagers d'un avion spécialement loué afin d'admirer depuis le ciel les feux d'artifice de la capitale.

A Madrid, les fumeurs savouraient leur dernière nuit de liberté dans les cafés et restaurants où la consommation de tabac sera interdite à partir de dimanche.

La petite république balte d'Estonie est elle entrée en 2011 en passant à l'euro, la monnaie unique européenne bien malmenée ces derniers temps.

A Dubaï, la plus haute tour du monde, Bourj Khalifa, s'est illuminée sur les douze coups de minuit avec un feu d'artifice spectaculaire auquel ont assisté des dizaines de milliers de personnes.

Le Moyen-Orient et l'Europe avaient été précédés par l'Océanie et l'Asie dont les habitants ont été les premiers à entrer en 2011, Sydney ouvrant la voie avec son spectaculaire feu d'artifice sur le port.

Le réveillon a fait un peu oublier les intempéries qui ont causé des inondations sans précédent dans le nord-est de l'île-continent.

 Les premiers à quitter 2010 avaient été les 6.000 habitants de Kiribati, petite île du Pacifique qui a tourné la page de 2010 à 10H00 GMT.

Un feu d'artifice, agrémenté d'effets de lasers, tiré sur la baie de Hong Kong a également attiré des centaines de milliers de spectateurs.

Et si le Nouvel an chinois, début février, donne lieu à des célébrations bien plus importantes, des milliers de Pékinois ont bravé le froid glacial pour le décompte vers la nouvelle année dans un centre commercial huppé.

 Au Brésil, deux millions de personnes, cariocas et touristes, selon la police, ont fêté 2011 sur la célèbre plage de Copacabana à Rio de Janeiro dont le point fort a été la présentation du logo des jeux Olympiques que Rio accueillera en 2016.

A New York, qui se remet à peine d'une sévère tempête de neige, jusqu'à un million de personnes étaient attendues autour de Times Square pour assister au décompte des dernières minutes de l'année.

Le centre des Etats-Unis était toujours sous la neige, en proie au blizzard et des tornades ont fait au moins six morts dans des Etats du centre et du sud.

Alors que les alertes se sont multipliées sur de possibles attaques, notamment de groupes liés à Al-Qaida, les forces de l'ordre étaient un peu partout fortement mobilisées.

Loin au dessus de la Terre, les cinq membres d'équipage de la station spatiale internationale auront passé...seize fois la frontière entre l'ancien et le Nouvel An, selon le centre de contrôle des vols (TSOUP) russe.Premier passage en 2011 à 14H00 de Moscou (11H00 GMT), au-dessus du Kamtchatka.Et sortie définitive de 2010 le 1er janvier à 10H00 GMT.