Mali: deux soldats maliens tués, 8 Casques bleus blessés dans le nord et le centre

Par AFP

AFRICA RADIO

Deux soldats maliens ont été tués samedi soir dans le nord du pays lors d'une attaque imputée à des jihadistes et huit Casques bleus ont été blessés dimanche dans l'explosion d'une mine dans le centre, a-t-on appris dimanche de sources militaires, sécuritaire et onusienne.

"Deux de nos hommes ont été tués par les terroristes samedi soir dans l'attaque d'un de nos check-points à 60 km au sud-ouest de Gao", a déclaré à l'AFP un responsable militaire sous le couvert de l'anonymat.Le terme "terroristes" fait communément référence aux jihadistes.Un autre responsable militaire a fait état de deux soldats morts et un blessé.Les soldats ont été attaqués alors qu'ils déplaçaient leur poste de contrôle d'une centaine de mètres, vers une position près de laquelle les assaillants s'étaient embusqués, a dit un responsable sécuritaire s'exprimant aussi sous le couvert de l'anonymat.Dimanche, huit soldats de la mission de l'ONU au Mali (Minusma) ont été blessés, dont cinq gravement, quand leur véhicule a sauté sur une mine à l'est de Douentza (centre), non loin d'un camp de l'armée malienne, ont indiqué des responsables onusien et militaire malien.Les engins explosifs improvisés (EEI) sont une arme de prédilection des jihadistes contre les forces maliennes, françaises et internationales. Ils tuent aussi de nombreux civils.Depuis 2012 et le déclenchement de rébellions indépendantiste et jihadiste dans le nord, le Mali est plongé dans une tourmente multiforme qui a fait des milliers de morts, civils et combattants, malgré le soutien de la communauté internationale et l'intervention de forces de l'ONU, africaines et françaises.Les indépendantistes ont signé un accord de paix en 2015. Mais le Mali reste en proie aux agissements des groupes liés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, aux violences intercommunautaires et aux trafics en tous genres. Les violences se sont propagées au Burkina et au Niger voisins.