Moubarak reste au pouvoir, ne sera pas candidat à la présidentielle

Par La rédaction

LE CAIRE (Egypte) (AFP)

Le président égyptien Hosni Moubarak a annoncé mardi soir qu'il restait au pouvoir mais qu'il ne serait pas candidat à la présidentielle de septembre, dans un discours télévisé. 

Mais aussitôt après son discours, des milliers de manifestants réunis dans le centre du Caire ont demandé de nouveau le départ immédiat de M. Moubarak, selon des correspondants de l'AFP sur place."Dégage!Dégage!", ont-ils scandé.

"Je le dis en toute sincérité, et sans tenir compte de la situation actuelle, je ne comptais pas me présenter à un nouveau mandat présidentiel", a déclaré le président égyptien dans une allocution très attendue.

"J'ai passé assez de temps à servir l'Egypte et son peuple", a-t-il ajouté."Je n'ai jamais demandé le pouvoir".

Plus d'un million d'Egyptiens ont manifesté mardi à travers le pays pour réclamer le départ du président Moubarak, au pouvoir depuis 29 ans, selon les services de sécurité.

C'était la plus importante mobilisation en huit jours de contestation contre le président égyptien.

"Je vous parle dans des conditions difficiles qui mettent l'Egypte et son peuple à l'épreuve et qui pourraient l'entraîner vers l'inconnu", a ajouté M. Moubarak, estimant que le pays avait le choix entre "le chaos et la stabilité".

"Ce pays, j'y ai vécu, j'ai fait la guerre pour lui, et l'histoire me jugera", a-t-il dit.

"Ma première responsabilité maintenant est de ramener la sécurité et la stabilité à la patrie pour assurer la transition pacifique du pouvoir", a dit le chef de l'Etat.

Il a appelé le Parlement à "débattre d'un amendement aux articles 76 et 77 de la Constitution pour changer les conditions de la candidature à la présidentielle et limiter les mandats".

L'article 76, controversé, a été amendé en 2007.Il établit des conditions strictes pour se présenter à la présidentielle, notamment pour les indépendants qui doivent réunir le parrainage de 250 élus émanant de trois institutions différentes, toutes dominées par le parti au pouvoir.

L'article 77 établit la durée du mandat à six ans, pour un nombre illimité de mandats.

 De précédentes annonces par M. Moubarak sur la formation d'un nouveau gouvernement, la nomination du vice-président Omar Souleimane et un dialogue avec l'opposition, ont été rejetées par les manifestants et l'opposition, pour qui seul le départ de M. Moubarak viderait les rues d'Egypte.

Les groupes d'opposition avaient appelé à une "marche du million" mardi pour faire pression sur le régime et réclamer le départ du chef de l'Etat, au pouvoir depuis 1981.

Selon le New York Times, le président américain Barack Obama a demandé à M. Moubarak de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle, dans un message transmis par un ancien ambassadeur américain en Egypte, Frank Wisner, qui s'est rendu au Caire.

Le mouvement de contestation sans précédent, même s'il continue de manière pacifique, a fait depuis le 25 janvier au moins 300 morts selon un bilan non confirmé de l'ONU, et des milliers de blessés.