Présidentielle au Niger: l'opposition clame victoire, la tension monte

24 février 2021 à 10h59 par AFP

AFRICA RADIO

La tension est montée d'un cran mercredi au Niger où l'opposition a revendiqué sa victoire à la présidentielle après l'annonce officielle de celle du candidat du pouvoir, provoquant des manifestations de mécontentement dans plusieurs villes de ce pays pauvre déja confronté à d'immenses défis, dont la menace jihadiste.

"La compilation des résultats des PV en notre possession à travers nos délégués dans les différents bureux de vote nous donnent gagnants avec 50,3% des voix", a affirmé Mahamane Ousmane depuis son fief de Zinder (sud-est) dans un discours dont une vidéo a été reçue par l'AFP et authentifiée auprès de cadres de son parti.

L'accès au réseau internet était très réduit mercredi matin dans la capitale Niamey et à Zinder, deuxième ville du pays, selon un constat de l'AFP, sans qu'un lien direct avec la revendication de M. Ousmane puisse être clairement établi.

A Agadez, dans la circonscription de Timia, "le taux de participation de 103% a été rapporté avec un score de 99% en faveur du candidat du pouvoir", a accusé Ousmane dans son discours prononcé dans la nuit de mardi à mercredi depuis son fief de Zinder, selon son parti.

"Dans ces zones nos délégués ont été contraints sous la menace d'armes à feu à signer les PV, sans aucune possibilité de porter des observations", a-t-il affirmé.

Cette annonce a été suivie mercredi matin par des heurts dans la capitale, notamment dans le quartier central du grand-marché où au moins une station essence Total a été vandalisée.

Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre - les premiers jetant des pavés contre les seconds répondant par des gaz lacrymogènes - ont également été constatés par des journalistes de l'AFP.

La veille, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) avait donné vainqueur avec 55,75% des voix Mohamed Bazoum, dauphin du président sortant Mahamadou Issoufou, selon des résultats provisoires qui doivent être confirmés par la Cour constitutionnelle.

- Nuit agitée à Niamey et Dosso -

Avant cette annonce, l'opposition avait déjà dénoncé un "hold-up électoral" et demandé la suspension de l'annonce des résultats.

Des heurts sporadiques avaient alors eu lieu à Niamey, des jeunes marchant dans les rues du centre-ville en jetant des pierres vers les forces de l'ordre.

Aux abords du siège du parti au pouvoir où Bazoum a fait une déclaration en saluant le score d'Ousmane et en souhaitant "que nous regardions dans la même direction", des gaz lacrymogènes avaient été tirés contre des manifestants tentant de s'en approcher.

La nuit a ensuite été agitée dans la capitale et à Dosso, à 100 km au sud de Niamey, où des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont eu lieu.

A Niamey, au moins un commissariat et des boutiques de présumés proches du pouvoir ont été saccagés par des manifestants, selon diverses sources contactées par l'AFP.

A Dosso, le siège d'un parti allié au pouvoir qui avait appelé durant l'entre-deux tours à voter pour Bazoum, a été partiellement incendié durant la nuit, selon des habitants.

A Zinder, aucune manifestation n'a été rapportée durant la nuit, mais un important dispositif de police était déployé en ville depuis mardi soir, selon un journaliste local.

La vraie réussite du scrutin dans ce pays sahélo-saharien à l'histoire marquée par les putschs et déjà confronté à de multiples défis - dont celui des attaques jihadistes - réside dans l'acceptation des résultats par toutes les parties une fois les résultats annoncés, selon de nombreux observateurs.

Entre les deux tours, l'opposition avait déclaré qu'elle ne reconnaîtrait pas les résultats si elle les estimait entachés de fraudes.Elle avait déjà dénoncé des irrégularités lors du premier tour, mais avait été déboutée par la justice.

Si elle avait refusé de participer à la Céni au premier tour, elle l'avait finalement rejointe pour le second.

"Si l'opposition a des doutes, elle doit pouvoir disposer d'élements de preuves" à transmettre à la Cour constitutionnelle, a relevé M. Bazoum mardi soir à la presse.