RDC: Kabila investi candidat de la majorité pour la présidentielle

30 août 2011 à 7h44 par La rédaction

KINSHASA (AFP) - (AFP)

Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila a été investi lundi candidat de la majorité pour l'élection présidentielle du 28 novembre, a-t-on appris mardi auprès de la Majorité présidentielle (MP).

Le bureau politique de la MP a "désigné et investi" le président Kabila comme son "candidat unique" pour la présidentielle, a précisé à l'AFP le député Aubin Minaku, secrétaire général de cette plateforme politique qui regroupe selon lui quelque 170 partis.

Joseph Kabila, 40 ans, avait déjà été désigné candidat le 21 août lors du congrès de son mouvement le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD).En 2006, le PPRD l'avait aussi désigné comme candidat mais il s'était présenté en indépendant.

Elu en 2006, le chef de l'Etat sortant avait succédé à son père Laurent-Désiré Kabila assassiné le 16 janvier 2001.

Les candidats aux élections présidentielle et législatives - les deux à un seul tour et prévues le 28 novembre - ont jusqu'au 15 septembre pour déposer officiellement leur candidature auprès de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

A trois mois de la présidentielle, l'opposition avance toujours en ordre dispersé sans parvenir à s'entendre sur une candidature commune.

Parmi les principaux opposants déclarés mais pas encore inscrits à la Céni figurent Etienne Tshisekedi, 79 ans, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) qui avait boycotté les élections de 2006.

Sont aussi sur les rangs Jean-Pierre Bemba, 48 ans, président du Mouvement de libération du Congo (MLC), détenu et jugé à la Cour pénale internationale (CPI) de la Haye pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par sa milice en Centrafrique en 2002-2003, et Vital Kamerhe, 51 ans, ex-président de l'Assemblée nationale passé dans l'opposition en 2010 en créant l'Union pour la nation congolaise (UNC).

Enfin l'actuel président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, n'a pas dévoilé ses intentions mais a été investi candidat par son parti l'Union des forces du changement (UFC).

Les trois partis MLC, UNC et UFC ont récemment mis en place une commission pour élaborer un programme commun avant de choisir un candidat.