RDC: mort d'un Casque bleu, blessé au combat contre le M23

Par La rédaction

Kinshasa (AFP)

Un Casque bleu tanzanien blessé fin août dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) est décédé des suites de ses blessures, ont annoncé mercredi les Nations unies.

Le soldat Hugo Munga est "décédé le 18 septembre 2013 à l'hôpital de niveau 4 de la Monusco en Afrique du Sud", a précisé le lieutenant-colonel Prosper Basse, porte-parole militaire de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco).

Il avait été blessé le 28 août  dans la région de Goma, capitale de la province riche et instable du Nord-Kivu (Est), alors que la brigade d'intervention de la Monusco participait au côté des forces congolaises à une offensive contre les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23).

Son décès porte à deux le nombre de Casques bleus tués en RDC pendant les combats du mois d'août.L'autre victime était également un soldat du contingent tanzanien de la brigade, mort sur le coup le 28 août.

Cette brigade doit à terme compter 3.000 hommes sud-africains, tanzaniens et malawites et est chargée de combattre les groupes armés de l'Est congolais.

Le M23 est formé d'anciens rebelles intégrés au sein des FARDC après un accord signé le 23 mars 2009.Ils se sont mutinés en avril 2012, estimant que Kinshasa n'avait pas respecté les termes de l'accord et ont formé le M23 un mois plus tard.

Le Rwanda a été accusé par l'ONU et Kinshasa de soutenir militairement le M23.Kigali a toujours démenti, tout comme l'Ouganda, également accusé d'être impliqué au côté du mouvement rebelle.