RDCongo: 60.000 déplacés à la suite de combats contre des rebelles

19 juillet 2010 à 16h01 par La rédaction

KINSHASA (RDCongo) (AFP)

Le nombre de déplacés qui fuient des combats entre l'armée congolaise et des rebelles ougandais dans l'est de la RD Congo est passé d'environ 40.000 à 60.000 ce week-end, a indiqué lundi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

"Nous sommes passés à 60.000 personnes.Il y a au moins 55.500 (déplacés) à Oïcha, 2.600 à Mbau et 1.050 à Mbahuli", trois localités du nord de la province du Nord-Kivu, a déclaré à l'AFP une porte-parole de Ocha, Stefania Trassari.

"Les déplacés ont besoin de nourriture, d'abris, de médicaments", a-t-elle ajouté, précisant que "les agences humanitaires sont en train d'organiser une réponse pour pouvoir venir en aide à ces gens".

Vendredi, le HCR avait estimé à 37.000 le nombre de personnes déplacées dans cette région, située non loin de la frontière ougandaise, où les Forces armées de la RDC (FARDC) ont lancé depuis fin juin une offensive contre les rebelles de l'armée de libération de l'Ouganda (ADF/NALU), inopérante jusqu'à ces dernières semaines.

Un porte-parole des FARDC avait également confirmé à l'AFP la poursuite des opérations militaires vers les massifs du Ruwenzori, qui s'étendent de part et d'autre de la frontière RDC/Ouganda, et où les rebelles se seraient retranchés.

L'ADF avait combattu les forces régulières ougandaises dans la région de Ruwenzori, surtout entre 1996 et 2001, au nom de l'égalité des droits pour les musulmans ougandais.

Après des combats qui avaient déplacé des dizaines de milliers de personnes, le mouvement rebelle avait finalement été repoussé vers la RDC.

L'ADF a tenté à plusieurs reprises depuis fin 2008 d'entrer en négociations avec le pouvoir ougandais, mais ce dernier a émis des doutes sur la sincérité de cette offre.Cette rébellion avait menacé de relancer les hostilités si ses appels au dialogue demeuraient sans réponse.

Fin juin, les forces ougandaises avaient été placées en état d'alerte à la suite de l'attaque par l'ADF de la ville congolaise de Mutwanga, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec l'Ouganda.Une quinzaine de civils avaient été tués dans l'attaque.