Rwanda: un des principaux suspects du génocide arrêté en Ouganda

2 juillet 2010 à 7h29 par La rédaction

KAMPALA (AFP)

 L'un des principaux suspects dans le génocide rwandais de 1994, Jean-Bosco Uwinkindi, inculpé depuis 2001 par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a été arrêté en Ouganda, a annoncé vendredi la police ougandaise.

La police a précisé que le pasteur, né en 1951, a été arrêté mercredi dans l'ouest de l'Ouganda, et qu'il est inscrit sur la liste des onze suspects les plus recherchés par le TPIR, pour génocide, extermination, et crimes contre l'humanité.

Le Département d'état américain avait également offert une récompense de cinq millions de dollars pour toute information conduisant à l'arrestation de Jean-Bosco Uwinkindi.

Le chef de la Direction ougandaise des recherches criminelles, Edward Ochom, a indiqué à l'AFP que le suspect avait été localisé en République démocratique du Congo, et que les services du TPIR, basé à Arusha (nord de la Tanzanie), le traquaient.

"Dès qu'il a traversé la frontière pour entrer en Ouganda, le 26 ou le 27 juin, nous en avons été informés.Nous l'avons arrêté mercredi (le 30 juin, ndlr) dans la localité de Mbarara", dans le sud-ouest de l'Ouganda, a ajouté Edward Ochom.

Elly Womanya, le directeur adjoint du bureau d'Interpol à Kampala, a annoncé que Jean-Bosco Uwinkindi serait transféré au tribunal d'Arusha le plus vite possible.

Selon l'acte d'accusation, le pasteur, aujourd'hui agé de 59 ans, officiait dans l'église pentecotiste de Kayenzi, dans la commune de Kanzenze, proche de Kigali, au moment du génocide au Rwanda, entre avril et juillet 1994, et a collaboré avec une organisation qui appelait à la haine des Tutsi.

Dès le mois d'avril 1994, il a organisé et formé des groupes de Hutu pour tuer des Tutsi.Il a également accueilli des femmes et des enfants Tutsi dans son église pour ensuite en ordonner l'exécution, selon l'acte d'accusation.

Le génocide au Rwanda a fait environ 800.000 morts essentiellement parmi la minorité tutsi, selon des chiffres des organisations internationales.

Selon un quotidien ougandais indépendant, le Daily Monitor, Jean-Bosco Uwinkindi est entré en Ouganda sous un nom d'emprunt, Jean Inshitu, et voulait acheter du terrain et s'installer dans le pays sous cette fausse identité.