Sahel: 3 jours de deuil national au Niger après la plus meurtrière attaque jihadiste contre des civils

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Niger va porter le deuil durant trois jours et renforcer son dispositif sécuritaire dans la zone frontalière du Mali, a annoncé lundi le ministre de l'Intérieur, deux jours après la plus meurtrière attaque jihadiste contre des civils au Sahel.

Samedi, cent civils ont été tués dans deux villages de l'ouest du Niger, soit le plus lourd bilan d'une attaque contre des civils attribuée à des jihadistes, selon l'ONG ACLED qui répertorie les violences dans la région.

Aucune revendication officielle n'a été émise après cette attaque survenue entre les deux tours de la présidentielle au Niger, ni concernant la pose d'une mine artisanale qui a tué le même jour deux soldats français à Ménaka, dans le nord-est du Mali, à quelques centaines de km plus au nord, de l'autre côté d'une frontière très poreuse.

"Nous avons décrété trois jours de deuil national (...) au niveau sécuritaire nous allons renforcer le dispositif" en augmentant notamment le nombre de soldats sur le terrain, a affirmé à l'AFP le ministre Alkache Alhada, à l'issue d'un Conseil national de sécurité exceptionnel, dirigé par le président Mahamadou Issoufou.

Le ministre a aussi annoncé la tenue de forums pour apaiser les tensions entre communautés et le don de nourriture aux populations touchées. 

L'attaque a eu lieu dans la zone dite des "trois frontières" aux confins du Niger, du Mali et du Burkina Faso, principaux pays touchés par les groupes jihadistes affiliées à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique.

Un nouvelle preuve que les populations, "particulièrement vulnérables car prises entre la violence des groupes armés et la réponse des armées", sont les premières victimes d'un conflit qui ne cesse de s'amplifier depuis 2012, estime Ousmane Diallo, d'Amnesty international.

Des milliers de civils ont été tués, et près de trois millions ont dû fuir leurs domiciles.Des groupes dits d'autodéfense sont responsables de plusieurs massacres de civils, comme à Ogossagou dans le centre du Mali, en mars 2019 (plus de 160 morts).

- "Cordon sécuritaire" -

Samedi matin, les jihadistes sont venus à bord d'une "centaine de motos" dans les villages de Tchoma Bangou et Zaroumadereye, selon le maire de la commune rurale de Tondikiwindi qui les administre, Almou Hassane.

Expliquant le renforcement sécuritaire, le ministre de l'Intérieur a indiqué que l'objectif était d'"éviter les incursions", en créant "une sorte de cordon sécuritaire mais l'une des difficultés c'est que côté malien c'est le vide", selon lui.

Avec la pose de mines artisanales, ces attaques éclair à moto sont le mode opératoire préféré des jihadistes dans la région des "trois frontières", devenue depuis plusieurs années l'un des épicentres de la violence au Sahel.

Dans la même bande frontalière entre Mali et Niger, sept soldats nigériens avaient été tués le 21 décembre à six jours du premier tour de la présidentielle.

Depuis les attaques meurtrières de plusieurs bases militaires au Niger et au Mali dans cette même région des trois frontières fin 2019-début 2020, la présence militaire y est faible malgré de nombreux efforts engagés l'année dernière par les armées nationales aidées par les partenaires, France en tête.

Les violences jihadistes sont venues se greffer sur des tensions communautaires, notamment "depuis plusieurs années" à la frontière entre Mali et Niger, théâtre de "rivalités entre communautés pour le contrôle de l'espace", selon l'International Crisis Group (ICG).

Dans un rapport en 2018, l'ICG dénonçait la constitution d'une "génération de jeunes hommes vivant du métier des armes".

La commune de Tondikiwindi, déjà théâtre en 2017 d'une embuscade qui avait tué 4 membres des forces spéciales américaines, est habitée par plusieurs ethnies: des Djermas sédentaires, des nomades peuls et dahoussak et des Arabes.

Il y avait "des tensions entre Djermas et Peuls ces dernières semaines" qui ont fait "quelques morts avant l'attaque de samedi", dit un connaisseur de la zone.Fin décembre, plusieurs civils peuls ont été tués par des habitants sédentaires, dit-il.

Selon Yvan Guichaoua, chercheur à l'Université de Kent (Grande-Bretagne), cette attaque "en dit long sur le degré de ressentiment de certains membres de communautés nomades, parmi lesquelles recrutent les jihadistes, vis-à-vis de communautés sédentaires souvent vues comme complices de l'Etat".

"Certains demandent des armes", a concédé le ministre nigérien, annonçant l'organisation de "forums" avec des dirigeants communautaires et religieux pour "prévenir les risques de conflits intracommunautaires".

Voir aussi