Sénégal: la police disperse un nouveau rassemblement d'opposants, des arrestations

Par La rédaction

Dakar (AFP)

La police a dispersé samedi à Dakar un rassemblement interdit de l'opposition contre "les restrictions aux libertés" et procédé à de nouvelles arrestations, au lendemain d'une manifestation similaire dont elle a empêché la tenue, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La manifestation de samedi était interdite mais l'ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012) a bravé la mesure.

Son véhicule 4X4, entouré de gardes du corps, a forcé un barrage de la police pour se retrouver au milieu de la place de l'Obélisque, lieu prévu pour le rassemblement, dans un quartier populaire de Dakar, selon un photographe de l'AFP.

L'ancien chef de l'Etat s'est mis debout pendant quelques instants à travers le toit ouvrant de sa voiture, qui est ensuite repartie à vive allure après avoir essuyé des jets de gaz lacrymogènes, selon des journalistes de l'AFP."Ne tirez pas sur la voiture", s'est écrié un responsable de la police.

Plusieurs opposants ont été arrêtés lors de ce rassemblement dispersé par la police à coup de gaz lacrymogènes. 

M. Wade, 88 ans, avait dans un communiqué samedi annoncé sa présence au rassemblement en dépit de l'interdiction.

Le droit à la manifestation est, selon lui, inscrit dans la Constitution du Sénégal."Je ne saurai donc accepter, au péril de ma vie, que ces acquis démocratiques obtenus de haute lutte soient aujourd'hui foulés au pied par (le président) Macky Sall et son régime", a-t-il indiqué dans ce communiqué.

La manifestation de samedi a été organisée par le Front patriotique pour la défense de la République (FPDR), une coalition dont la principale composante est le Parti démocratique sénégalais (PDS, ex-pouvoir), dirigé par Abdoulaye Wade.

La dispersion du rassemblement de samedi a eu lieu au lendemain d'une manifestation similaire à Dakar dont la police a également empêché la tenue.

"Une dizaine" d'opposants ont été placés en garde à vue après le rassemblement de vendredi, selon le PDS.La police n'a pas fourni de bilan.

Trois manifestations du FPDR prévues cette semaine à Dakar ont été toutes interdites par le préfet de Dakar, Alyoune Badara Diop, qui a jugé "irrecevables" les demandes de rassemblement au motif, selon lui, que leurs "objet et lieu" n'y ont pas été indiqués. 

Le PDS a appelé cette semaine à "refuser ces interdictions politiques et à tenir partout des manifestations de protestation".

Plusieurs manifestants ont réclamé vendredi et samedi la libération de Karim Wade, fils et ancien ministre d'Abdoulaye Wade, en détention préventive depuis avril 2013 et jugé depuis juillet 2014 pour enrichissement illicite présumé.