Sénégal: le président Wade assure ne pas vouloir mettre son fils à sa place

15 juillet 2010 à 6h16 par La rédaction

PARIS (AFP)

Le président sénégalais Abdoulaye Wade a assuré jeudi ne pas vouloir installer son fils Karim à sa place à la tête du Sénégal lors de la présidentielle de 2012, comme l'en accuse l'opposition sénégalaise.

"Je n'ai pas l'intention de mettre mon fils à ma place avant de partir", a déclaré à la radio Europe 1 le président sénégalais."Mais c'est un citoyen sénégalais.Et il est libre de se présenter aux élections quand il voudra", a-t-il ajouté.

"Il a le droit de faire de la politique (...), mais c'est même une injure au peuple sénégalais de dire (...) que les Sénégalais vont accepter que quelqu'un qu'ils aiment bien, le président Abdoulaye Wade, dise +maintenant vous prenez mon fils+, ça n'existe pas", a-t-il souligné.

L'opposition sénégalaise ne cesse d'accuser le président Wade, 84 ans, au pouvoir depuis dix ans et qui a annoncé l'an dernier qu'il serait candidat en 2012, de préparer l'accession au pouvoir de son fils, ministre depuis mai 2009.

Le président sénégalais a aussi assuré avoir de bonnes relations avec l'ex-ambassadeur français à Dakar, Jean-Christophe Rufin.

"Rufin ne m'a jamais critiqué, j'ai d'excellentes relations avec lui (...).Je me suis fait établir toutes les déclarations qu'il a faites, à aucun moment donné il ne m'a attaqué.Il y a longtemps qu'il serait parti s'il s'était montré autrement qu'il ne faut", a-t-il dit.

Jean-Christophe Rufin a quitté ses fonctions le 30 juin après trois ans au Sénégal.Depuis, il a accordé nombre d'interviews, dans lesquelles il a estimé que la candidature d'Abdoulaye Wade pour 2012 était une "curiosité" et critiqué un Quai d'Orsay "sinistré" et "complètement marginalisé" par l'Elysée.