Sénégal: Youssou Ndour apporte son soutien à Macky Sall pour le second tour

Par La rédaction

DAKAR (AFP) - (AFP)

L'opposant Macky Sall a recueilli jeudi le soutien du chanteur Youssou Ndour pour le second tour de la présidentielle au Sénégal prévu le 18 mars et qui va l'opposer au chef d'Etat sortant, Abdoulaye Wade, 85 ans dont 12 au pouvoir.

Youssou Ndour voulait se présenter à la présidentielle du 26 février, mais sa candidature avait été rejetée par le Conseil constitutionnel.Il avait été blessé à la jambe le 21 février lors d'un rassemblement interdit à Dakar.

"Youssou Ndour vient de manière solennelle apporter à Macky Sall son soutien pour le second tour de la présidentielle", a déclaré jeudi son porte-parole Aliou Ndiaye, en rappelant que le chanteur avait "un seul mot d'ordre: Wade dégage!".

"Les Sénégalais ont voté à 70% contre le pouvoir en place.Le changement est déjà là, ce n'est plus qu'une affaire de modalité", a déclaré ensuite Youssou Ndour, à l'issue d'un entretien avec Macky Sall.

Abdoulaye Wade, dont la candidature à un troisième mandat est contestée par l'opposition, est arrivé en tête du premier tour avec 34,82% des suffrages, contre 26,57% à Macky Sall, son ancien Premier ministre passé dans l'opposition, selon des chiffres officiels publiés mercredi.

Macky Sall, qui a rappelé sa "longue amitié" avec Youssou Ndour, s'est félicité de ce soutien "pour aider à réaliser l'alternance démocratique pacifique", et a demandé au chanteur "d'offrir un méga concert le 4 avril (jour de l'Indépendance, ndlr) dans le cadre de la victoire et du changement".

Cabinet d'ouverture, réduction du mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une fois, baisse des prix des produits de première nécessité: Macky Sall a dévoilé mercredi une ébauche de programme de gouvernement.

La presse soulignait jeudi la difficile tâche d'Abdoulaye Wade, a priori privé de réserves de voix pour le second tour, face à son ancien homme de confiance.

Wade a perdu un million de voix

"Le président sortant est délesté de presque la moitié de ses voix habituelles face à un adversaire qui, en plus de puiser dans le vivier du PDS (Parti démocratique sénégalais, au pouvoir), espère les soutiens d'autres groupes politiques avec qui il partage la même aspiration au changement", note le quotidien Le Soleil, proche du pouvoir.

Abdoulaye Wade a perdu un million de voix par rapport à son élection dès le premier tour en 2007 (1.914.043 voix).

Il se voit obligé de changer de stratégie dans l'urgence, alors que, jusqu'à la veille du scrutin, il s'était déclaré "sûr" de l'emporter dès le premier tour, avec plus de 50% des voix.

Il va devoir partir à la conquête des abstentionnistes (la participation s'est élevée à 51,58%, en nette baisse par rapport aux 70% de la présidentielle de 2007) et tenter d'obtenir des ralliements parmi les 12 candidats éliminés au premier tour.

Mais la plupart sont membres comme Macky Sall du Mouvement du 23 juin (M23, coalition de partis d'opposition et d'organisations de la société civile), dont le coordonnateur Alioune Tine a réaffirmé mercredi la stratégie "Wade dégage".

Le M23 et le collectif de jeunes "Y en a marre", en pointe dans le combat contre la candidature contestée de Wade à un troisième mandat et très populaire dans les banlieues dakaroises, devaient se prononcer jeudi.

Le Comité pour la Protection des journalistes (CPJ) a par ailleurs appelé les autorités "à enquêter sérieusement sur des attaques récentes" contre "au moins douze journalistes" victimes "de menaces et d'agressions physiques pendant la campagne électorale, le jour du vote dimanche et après".

La plupart ont été commises par "des officiels de sécurité ou des membres du parti au pouvoir", selon le CPJ.

Les violences préélectorales ont fait en un mois de 6 à 15 morts au Sénégal selon les sources, mais le scrutin s'est tenu dans le calme.