Somalie: accord sur un retour du Jubaland sous l'autorité de Mogadiscio

28 août 2013 à 17h09 par La rédaction

Addis Abeba (AFP)

Les autorités fédérales somaliennes et celles du Jubaland, territoire du sud-ouest qui échappe à l'autorité de Mogadiscio, ont signé mercredi à Addis Abeba un accord prévoyant une "administration temporaire" de la zone et une intégration progressive à l'Etat fédéral somalien.

Le Jubaland est contrôlé par Ahmed Madobe, ex-islamiste devenu chef de guerre.Chef de la milice Ras Kamboni, allié du Kenya en Somalie, M.Madobe s'est fait élire président du Jubaland en mai dernier, lors d'un processus déclaré illégal par le gouvernement somalien.

"Le gouvernement fédéral de Somalie et les délégations du Juba ont trouvé un accord sur une administration intérimaire pour le Juba", indique une copie du projet final d'accord obtenu par l'AFP.L'exemplaire de l'accord paraphé lors d'une cérémonie ouverte à la presse n'a pas été rendu public.

L'accord a été signé à l'issue d'une semaine de négociations à Addis Abeba sous l'égide de l'Ethiopie.

Selon le ministre d'Etat somalien auprès de la présidence, Farah Sheikh Abdulkadir, signataire de l'accord, celui-ci réunit le Jubaland au sein de l'Etat fédéral somalien."Nous avons convenu que nous ne sommes pas deux parties dans le processus de construction de l'Etat somalien, mais une seule entité dans le processus de construction de l'Etat fédéral de Somalie", a-t-il déclaré.

L'accord prévoit que l'administration intérimaire sera dirigée durant deux ans par M. Madobe et que le port stratégique de Kismayo - et son aéroport passeront sous le contrôle du gouvernement somalien dans les six mois.

"Je veux vous assurer que je ne suis pas venu ici pour dire quelque chose et ensuite ne pas le mettre en oeuvre", a proclamé Ahmed Madobe, après avoir signé l'accord qui appelle également "toutes les forces de sécurité" du territoire à intégrer l'Armée nationale somalienne (SNA), y compris la milice Ras Kamboni de M. Madobe.

Les détails de l'accord seront finalisés lors d'une conférence de réconciliation à Mogadiscio, dont la date n'a pas encore été fixée.