Un rassemblement pour condamner les propos du président Sarkozy

Par La rédaction

La Fédération des Travailleurs Africains en France (FETAF*) s'est réunie samedi dernier sur la place des droits de l'homme au Trocadéro pour manifester leur frustration après le discours de Sarkozy à Grenoble.Le président Sarkozy a déclaré que « immigration et délinquance » sont liées. Fréderic Lefebvre, porte- parole de l'UMP va reprendre cette « sottise » et mentionne à son tour que « la délinquance, chacun sait qu'elle a des liens avec l'immigration ». Il ajoute qu' « il y a quelque chose comme 10% des détenus qui sont étrangers ».Ils doivent en savoir des choses puisque Nicolas Sarkozy lui-même et tant d'autres ministres du gouvernement français sont issus de l'immigration.Dans tous les cas, la FETAF a rassemblé des représentants de : l'Association des Guinéens Résident à l'Etranger (AGRE), le Collectif des Filles et Fils d'Africains Déportés (COFFAD), l'association « Connais-toi, toi-même » (Comores, Madagascar), la plate- forme panafricaine, l'Organisation des Travailleurs Mauritaniens en France (OTMF), la Confédération des associations Bissao guinéens de France (CAGF), le Réseau des Associations pour le Développement du Bassin du Fleuve Sénégal (Mauritanie- Mali- Sénégal), la cellule �?le de France- Paris du Front pour le Socialisme et la Démocratie- Bénno/ Jubël (FSD- BJ) pour faire le point sur les attaques dont la communauté africaine fait objet de la part du président Sarkozy. « Nicolas Sarkozy de Nagi Bosca doit lever l'équivoque sur cette affaire »Sidi Tidiane Gueye le président de la FETAF a signifié à l'assistance leur volonté de rencontrer Nicolas Sarkozy afin qu'il lève l'équivoque sur cette affaire. Car dit-il « ce qui choque dans cette histoire », c'est qu'il dise : « le délinquant c'est nécessairement l'immigré ». Or l'immigration africaine en France était d'abord le fait de l'esclavage. Des hommes, femmes et enfants étaient venus d'Afrique, de force, pour travailler dans les plantations de canne à sucre. Ils sont aujourd'hui localisés dans la France d'Outre �??mer. Ensuite la deuxième génération d'immigration africaine en France avait une mission salvatrice. Elle participait aux deux grands conflits mondiaux pour libérer la France sous l'emprise des nazis. La troisième vague d'immigration d'africains en France avait pour but de refaire le pays. Ces africains venaient reconstruire un pays « déconfituré » et meurtri par les première et deuxième Guerres mondiales. La plus récente est celle qui a consisté à venir explorer le pays « civilisé », qui au nom de cette civilisation a sillonné le monde pour dire vous êtes archaïques et moi je vous apporte des valeurs. Par conséquent des africains sont venus voir par eux-mêmes l'évolution qu'on leur a tant chanté et qu'on continue de leur chanter.D'autres même, ont émigré vers la France parce qu'ils ont le sentiment d'appartenir à cette nation qui hier s'étendait de Flandres jusqu'au Congo.*La FETAF est une association de loi 1901 qui fédère une vingtaine d'associations de loi 1901 créées par des ressortissants africains. Son siège se trouve à la bourse du travail. Elle a pour but de défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs africains.La FETAF est membre de l'Union africaine à qui elle rend compte de la situation de ses membres et des émigrés africains en général.Par Aïda Sakho