Zimbabwe: flambée de coronavirus, infirmiers en grève

Par AFP

AFRICA RADIO

Une infirmière-chef perd connaissance et tombe. Testés dans la foulée, plusieurs collègues sont positifs au coronavirus: les infirmiers d'un des plus grands hôpitaux du Zimbabwe font grève pour dénoncer la pénurie d'équipements alors que le pays connaît une flambée depuis les fêtes.

La collègue encadrante qui s'est évanouie est décédée mercredi, d'autres présentent des symptômes. L'inquiétude flambe aussi. Jeudi la grève a été décidée à l'hôpital Sally Mugabe dans la capitale Harare.Mardi, le pays en plein marasme économique a enregistré son plus grand nombre de morts en un seul jour, soit 34, créant un sentiment de panique parmi les nombreux Zimbabwéens qui ont à peine les moyens de se soigner. Les chiffres officiels de contaminations restent relativement faibles, surtout si l'on compare au voisin sud-africain, mais les structures de santé du pays sont complètement saturées, a confirmé le gouvernement."On exige des équipements. Nous sommes sans défense face au virus. Les autorités nous en promettent, on attend", dit Enock Dongo, président de l'Association des infirmiers (ZINA). "Nous voulons juste du matériel pour nous protéger. Une infirmière qui meurt ne se remplace pas dès le lendemain. C'est trois ans de formation", rappelle-t-il.Selon lui, les infirmiers symptomatiques cette semaine n'ont pas été isolés mais sont retournés dans leurs quartiers, en transport public, avec la vague promesse de pouvoir être testés lundi. "On reçoit des masques, mais pas de visière, blouse, lunettes et autres équipements indispensables", dit un autre responsable du syndicat qui tient à rester anonyme.Jeudi soir, le pays, qui a décrété la semaine dernière un confinement strict, comptait 18.675 cas confirmés et 446 morts.