Zimbabwe: les fidèles de Mugabe bloquent le processus constitutionnel

28 septembre 2010 à 10h22 par La rédaction

JOHANNESBURG (AFP)

Plus d'une dizaine de consultations publiques sur la future Constitution du Zimbabwe ont été suspendues à Harare à cause d'actes d'intimidation commis par les partisans du président Robert Mugabe, dénonce mardi Human Rights Watch (HRW).

"Les consultations ont été caractérisées par une violence et une intimidation croissantes, principalement commises par des supporteurs de l'Union patriotique africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF)", le parti présidentiel, écrit HRW dans un communiqué.

"La violence a empiré au cours des derniers jours (...), treize réunions publiques ont été suspendues à Harare", ajoute l'organisation de défense des droits de l'homme, qui précise avoir reçu des "informations sur des violences à Harare, Bulawayo, Masvingo, Mashonaland" pendant le processus consultatif.

"La Zanu-PF et ses alliés continuent de commettre des agressions en toute impunité et la police reste partisane", déplore Rona Peligal, directrice pour l'Afrique à HRW."Le gouvernement du Zimbabwe doit y mettre un terme", ajoute-t-elle.

Le président Mugabe et son ancien rival Morgan Tsvangirai ont formé en février 2009 un gouvernement d'union chargé de sortir le pays d'une grave crise politique et économique.

Leur coalition est censée assurer la transition jusqu'à de nouvelles élections.Celles-ci doivent se tenir après l'adoption d'une nouvelle Constitution, établissant les conditions d'un scrutin libre et équitable.

Mais le processus constitutionnel a pris beaucoup de retard et a été entaché de nombreux incidents.Un partisan de M. Tsvangirai a été tué à la mi-septembre par des membres de la Zanu-PF lors d'une consultation à Harare, selon son parti.