Zimbabwe: même sans Constitution, le parti du président Mugabe veut des élections mi-2011

Par La rédaction

HARARE (AFP)

Le parti du président zimbabwéen Robert Mugabe veut de nouvelles élections à la mi-2011, même si le pays n'a pas réformé sa Constitution d'ici là, a indiqué jeudi à l'AFP un porte-parole de l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF).

"Notre position est très claire: les élections auront lieu autour de juin, que notre processus constitutionnel soit terminé ou non", a déclaré Rugare Gumbo à l'issue d'une réunion du bureau politique de la Zanu-PF.

"Si l'opposition continue de faire des difficultés et de retarder le processus constitutionnel, nous allons quand même organiser les élections", a-t-il martelé.

Ces déclarations interviennent quelques jours après un appel de l'ambassadeur britannique à Harare, Mark Canning, à ne pas précipiter la tenue d'un scrutin, pour éviter une répétition du scénario de 2008.

Les élections générales de mars 2008 avaient été suivies d'une vague de violences, qui ont fait 200 morts dans les rangs du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) de Morgan Tsvangirai, selon le parti.

Pour sortir de la crise, le président Mugabe et son rival ont formé un gouvernement d'union, en février 2009.Selon leur accord, la coalition doit prendre fin avec de nouvelles élections mais après l'adoption d'une Constitution posant les conditions d'un scrutin libre et équitable.

En octobre, Mugabe avait déjà fait savoir qu'il souhaitait la fin de la coalition et de nouvelles élections à la mi-2011.Mais il n'avait pas balayé la question constitutionnelle, réclamant la tenue d'un référendum sur un nouveau texte au premier trimestre 2011.

Morgan Tsvangirai avait rétorqué que les conditions n'étaient pas réunies pour un scrutin équitable.