Zone CFA: aide de la France au Congo et à l'Afrique centrale

Par AFP

AFRICA RADIO

La France s'est dite prête vendredi à aider le Congo sur-endetté à hauteur de 135 millions d'euros si Brazzaville conclut un programme de relance avec le Fonds monétaire international (FMI) comme d'autres pays d'Afrique centrale (Gabon, Cameroun, Tchad, Centrafrique).

Cette aide s'inscrit dans le milliard d'euros d'aides ou de prêts que la France a prévu pour les pays de la zone franc CFA d'Afrique centrale frappés par la chute des prix du pétrole, leur principale ressource (sauf la Centrafrique et le Cameroun dans une moindre mesure)."La France est prête à apporter une aide de 135 millions d'euros à la République du Congo, sous réserve que le Congo conclut son programme avec le FMI. C'est comme ça qu'on apportera de la visibilité au programme de désendettement", a déclaré à l'AFP le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire.M. Le Maire a participé vendredi à Brazzaville à la réunion bi-annuelle des ministres des 14 pays de la zone franc CFA (Afrique centrale et Afrique de l'Ouest).Depuis fin 2016, la France et le FMI portent une attention particulière aux pays de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cémac), qui ont encore connu une croissance nulle en 2017, à comparer au 6% de croissance des pays de l'Union économique et monétaire d'Afrique de l'Ouest (UEMOA, tirés par les 6 à 7% de croissance du Sénégal et de la Côte d'Ivoire).Le prédécesseur de M. Le Maire, Michel Sapin, avait ainsi annoncé un milliard d'euros de prêt ou d'aide pour ces pays à l'issue d'un sommet à Yaoundé le 23 décembre qui avait éteint les risques d'une dévaluation du CFA d'Afrique centrale moyennant l'ouverture de négociations bilatérales avec le FMI.Des décaissements semestriels ont eu lieu en faveur des pays qui ont conclu avec le FMI, sous forme de prêts pour le Gabon et le Cameroun, d'aide pour la Centrafrique, ou d'une formule mixte pour le Tchad, précise-t-on dans l'entourage de M. Le Maire.Les choses sont plus complexes pour le Congo, qui négocie toujours avec le FMI (une mission du Fonds se trouve à Brazzaville jusqu'au 17 avril).Le Congo - 4,5 millions d'habitants - avait masqué une partie de sa dette que le FMI évalue à 117% de son PIB.