Proxénétisme entre Nigeria et France: le procès renvoyé pour cause de Covid

Par AFP

AFRICA RADIO

Le procès en appel d'un réseau nigérian de proxénétisme et de traite de filles, souvent mineures, qui se tient depuis mardi en région parisienne a été renvoyé sine die lundi car l'un des accusés a contracté le virus du Covid-19.

Quatre personnes, trois hommes et une femme âgés de 25 ans à 38 ans, y comparaissaient aux assises, accusés d'appartenir à un réseau qui recrutait, sur de fausses promesses, des filles au Nigeria, organisait leur émigration périlleuse jusqu'en Europe, puis leur prostitution forcée en France. Lundi, l'avocat général devait prendre ses réquisitions. Mais le procès a été renvoyé sine die pour cause de coronavirus: Omos Wiseborn, qui avait été condamné à 19 ans de réclusion criminelle en première instance, a été testé positif. Seize victimes ont été identifiées dans l'affaire, dont deux sont mortes noyées en traversant la Méditerranée.