Soudan: un mort dans des manifestations contre le pouvoir (médecins)

AFRICA RADIO

24 novembre 2022 à 21h06 par AFP

Un manifestant a été tué jeudi dans la banlieue de Khartoum "d'une balle tirée par les forces de sécurité", selon des médecins, suite à la mobilisation de centaines de personnes contre le coup d'Etat du général Abdel Fattah al-Burhane.

Ce décès survenu à Omdourman, une banlieue au nord-ouest de Khartoum, porte à 120 le bilan d'un an de répression établi par un syndicat de médecins pro-démocratie. Le manifestant, qui n'a pas été identifié, a succombé à ses blessures après avoir été "touché à l'abdomen par une balle tirée par les forces de sécurité", a indiqué la même source. Jeudi, les forces de sécurité ont également tiré des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes contre les manifestants, a constaté un journaliste de l'AFP. Ce décès est le premier depuis celui d'un manifestant renversé par un véhicule militaire lors de manifestations marquant le premier anniversaire du putsch qui a plongé le pays dans la crise. Le 25 octobre 2021, le chef de l'armée limogeait les membres civils du gouvernement supposé mener le pays vers la démocratie après 30 ans de dictature d'Omar el-Béchir, démis par l'armée sous la pression de la rue en 2019. Depuis un an, le Soudan, l'un des pays les plus pauvres au monde, ne cesse de s'enfoncer dans la crise politique et économique, Presque chaque semaine depuis le putsch, des Soudanais descendent dans la rue, bravant la répression. "Les militaires à la caserne", criait encore la foule la semaine dernière sous les grenades lacrymogènes tirées par les forces de sécurité alors que la veille le Haut commissaire de l'ONU aux droits humains Volker Türk avait plaidé, à Khartoum, pour la retenue. Aucune sortie de crise ne semble en vue malgré les médiations internationales qui tentent de réunir civils et militaires autour de la table de négociation. L'unique planche de salut semble aujourd'hui l'initiative du barreau soudanais. Il y a une semaine, le principal bloc du pays a dit avoir approuvé un plan en deux phases basé sur ce texte qui prévoit notamment un gouvernement civil. Le général Burhane confirmait avoir reçu "un document". "Nous y avons ajouté des éléments pour préserver la dignité de l'armée, son unité et son indépendance", déclarait-il.