Une motion de défiance adoptée à Radio France Internationale

AFRICA RADIO

1er février 2022 à 20h06 par AFP

La direction de Radio France Internationale (RFI) a été visée mardi par une motion de défiance, approuvée par deux tiers des votants, qui dénoncent la gestion d'un conflit mettant en cause la déontologie d'un journaliste vedette de la radio ayant interviewé un fonctionnaire congolais.

D'après les résultats transmis par la Société des journalistes, 67,1% des suffrages exprimés, soit 190 journalistes, ont voté pour la motion, et 32,9% contre, soit 93 journalistes. La participation, avec 287 votants, a été de 55%. Se félicitant "du bon déroulement du scrutin, d'une forte participation", la SDJ "invite la direction à réagir, et à tirer les conclusions de ce message fort envoyé par la rédaction", a-t-elle indiqué. "Notre rédaction a été profondément indignée à la fin de l'année 2021 quand l'enquête +Congo Hold-up+, dont nous sommes partenaires, a été gravement remise en cause dans une interview associée à l'image de RFI", souligne le texte de la motion. En cause: la diffusion fin novembre d'un entretien mené par le journaliste vedette de la radio, Alain Foka, avec Jules Alingete, chef des services de l'Inspection générale des finances de la République démocratique du Congo (RDC), sur sa chaîne YouTube personnelle. Au cours de cette interview, diffusée avec le logo de la chaîne de télévision d'information en continu France 24 et un micro siglé RFI, le haut fonctionnaire congolais qualifiait l'enquête portée notamment par une journaliste de RFI, Sonia Rolley, d'"insinuations" visant à "brûler le Congo". La veille, M. Alingete saluait pourtant sur RFI les conclusions de cette investigation, réalisée par un consortium international de médias internationaux et d'ONG, selon lesquels l'ancien président de la RDC Joseph Kabila et ses proches famille auraient "siphonné" au moins 138 millions de dollars de fonds publics avec la complicité d'une banque. Les signataires de la motion ont vu, dans l'absence de réaction de leur direction, une remise en cause inacceptable du travail des auteurs de l'enquête. "La direction aurait dû agir. Il n'en a rien été, ce qui a eu pour conséquence d'entraîner une campagne de dénigrement et d'insultes contre la collègue (...) et contre notre rédaction", dénoncent les auteurs de la motion de défiance. Face au tollé, la direction a amorcé des discussions avec les sociétés de journalistes de RFI et France 24 pour améliorer l'application des réglementations internes existantes et a lancé l'élaboration d'un "document de référence" pour encadrer "les collaborations et activités extérieures" de ses journalistes. Elle a indiqué avoir "procédé, pour un même collaborateur, à une double sanction", sans divulguer son nom, ni la nature des sanctions. Sollicitée par l'AFP, la direction a indiqué ne pas vouloir communiquer hors de l'entreprise pour le moment. A l'étranger, les journalistes travaillant pour RFI, reliés par un réseau de discussion interne, ont été "choqués" de "voir une collègue chevronnée pointée du doigt et lâchée par la direction", rapporte une pigiste. "C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase", affirme une autre, évoquant des conditions de travail en forme de "longue descente aux enfers" pour les pigistes français de RFI, qui se sont vu supprimer début 2019 les cotisations sociales de leurs rémunérations, y compris sur les zones de conflits ou de pandémie type Ebola.