Burkina: au moins quatre soldats tués lors d'une attaque dans le nord

Par AFP

AFRICA RADIO

Au moins quatre soldats burkinabè ont été tués mardi dans une attaque attribuée à des groupes jihadistes contre une unité du détachement militaire de Markoye, dans le nord du Burkina Faso, près de la frontière du Niger, a-t-on appris de sources sécuritaires.

"Une équipe du détachement militaire a été la cible d'une attaque terroriste entre Markoye et Tokabangou. L'attaque a fait quatre morts parmi les soldats et des blessés", a indiqué à l'AFP une source sécuritaire. Une autre source sécuritaire jointe par l'AFP a confirmé l'attaque, précisant que "la riposte des éléments a permis de repousser les assaillants et d'en neutraliser (tuer, ndlr) certains". Le bilan pourrait toutefois être plus lourd du côté des militaires, une "opération de ratissage" étant en cours pour "traquer les assaillants et rechercher des éléments toujours portés disparus", selon cette source. La zone de Markoye est située dans la province de l'Oudalan, près du Mali et du Niger, au coeur de la zone dite des "trois frontières", repaire de jihadistes sahéliens affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique qui mènent régulièrement des attaques sanglantes. La semaine dernière, au moins 13 civils, dont deux supplétifs de l'armée, ont été tués par des jihadistes présumés lors de deux attaques dans le nord du Burkina Faso, selon des sources locales. Ces attaques, souvent couplées à des embuscades ont fait plus de 2.000 morts et contraint plus de 1,5 million de personnes à fuir leurs foyers.