Covid-19: le Maroc rouvre son espace aérien après deux mois de fermeture

maroc avion
maroc avion
Crédit: maroc avion

8 février 2022 à 14h15 par Karidja Konaté / Africa Radio Abidjan

Le Maroc a annoncé la réouverture ce lundi de ses liaisons aériennes. Après deux mois de fermeture, cette nouvelle reprise s’accompagne de plusieurs mesures.

L’espace aérien marocain rouvre ses portes. Alors que la pandémie à coronavirus continue toujours à sévir dans le pays, le Maroc entreprend cette reprise afin de ne pas manquer à sa saison touristique.

La nouvelle a été accueillie avec soulagement par les opérateurs du tourisme et les ressortissants marocains à l'étranger, certains bloqués depuis des semaines en raison de la flambée du variant Omicron au Maroc.

Cette réouverture -quelque peu occultée par la mort tragique du petit Rayan tombé dans un puits dans le nord du pays- s'accompagne de mesures restrictives strictes pour entrer sur le territoire marocain, moins draconiennes cependant qu'avant la fermeture des frontières le 29 novembre.

Tout voyageur doit être vacciné, selon un communiqué du gouvernement. En plus du pass vaccinal, il lui faut présenter à l'embarquement le résultat d'un test PCR négatif de moins de 48 heures.

A l'arrivée au Maroc, il est soumis à un test antigénique rapide et des tests PCR "aléatoires" seront effectués sur des groupes de passagers. Enfin, pour les touristes, les autorités prévoient "la possibilité d'effectuer un test supplémentaire à l'hôtel ou au centre de résidence 48 heures après leur entrée sur le territoire", précise le communiqué.

Les passagers testés positifs devront s'isoler dans leur lieu de résidence. Pour redresser le secteur du tourisme, le gouvernement a prévu un programme de partenariats avec des voyagistes internationaux et des compagnies aériennes. Une campagne de publicité internationale est également programmée pour promouvoir la "destination Maroc" qui démarrera dès le retour des touristes étrangers.

Le secteur touristique marocain a été très fortement ébranlé par une baisse sans précédent de 71% des arrivées touristiques en 2021 par rapport à 2019.
Les pertes, sur deux ans, s'élèvent à 20 millions de voyageurs et 90 milliards de dirhams (plus de 8 milliards d'euros) de revenus en devises.