Dirigeants arrêtés au Mali: le pouvoir sommé de s'expliquer devant la cour de la Cédéao

27 août 2021 à 16h22 par AFP

AFRICA RADIO

La Cour de justice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédeao) a demandé au Mali de fournir d'ici au 28 août un mémoire justifiant les violations présumées des droits de Moctar Ouane et Bah Ndaw, a-t-on appris vendredi auprès d'un avocat de ces deux anciens dirigeants de la transition.

L'ex-Premier ministre de transition malien Moctar Ouane et Bah Ndaw, ancien président de la période de transition ouverte après un premier coup d'Etat militaire en août 2020, ont été arrêtés le 24 mai 2021 dans un second coup de force mené par le colonel Assimi Goïta et les militaires restés maîtres du pouvoir. Assimi Goïta, l'homme fort de la junte, s'est depuis fait investir président de transition et a nommé un nouveau Premier ministre. La mise à l'écart de Moctar Ouane et de Bah Ndaw a été officiellement présentée comme une démission. Ils ont été libérés mais leur entourage affirme qu'ils sont sous le coup d'une résidence surveillée qui ne dit pas son nom. "Une requête déposée par MM. Bah Ndaw et Moctar Ouane contre l'Etat du Mali a été enregistrée par le greffe de la Cour le 21 juillet 2021", a écrit la Cour de justice, dont le siège est à Abuja, au Nigeria, dans un communiqué publié vendredi par Mamadou Ismaïla Konaté, avocat des deux anciens dirigeants. "Par conséquent vous êtes invités à produire un mémoire en défense dans un délai d'un mois (...) passé ce délai les requérants seront entendus et un arrêt par défaut réputé contradictoire peut-être rendu", a ajouté la Cour dans ce document daté du 29 juillet. "Les autorités, président et Premier ministre compris, ont jusqu'au 28 août pour s'expliquer sur les violations des droits et libertés de MM. Bah Ndaw et Moctar Ouane", a souligné l'avocat sur Twitter. "Il est demandé en l'occurrence d'enjoindre à l'Etat du Mali de lever tous obstacles de droit et de fait quant à l'exercice des droits et libertés" de Bah Ndaw et Moctar Ouane, a-t-il précisé à l'AFP. Les colonels qui ont renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020 se sont engagés à rendre le pouvoir dans un délai de 18 mois. Début août, le Premier ministre de transition Choguel Kokalla Maïga a assuré que les élections censées ramener les civils au pouvoir auraient lieu comme prévu en février-mars 2022. Le doute persiste cependant quant à la faculté des autorités à tenir les échéances dans les sept mois qui leur restent, tant les obstacles à surmonter sont considérables dans ce pays en pleine tourmente depuis des années. La propagation jihadiste et les violences de toutes sortes vont de pair avec de graves crises politique et sociale.