En ouverture de sa tournée africaine, Blinken met en garde contre les menaces à la démocratie

Par AFP

AFRICA RADIO

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a appelé mercredi les Africains à rester vigilants face aux menaces croissantes contre la démocratie, lors de la première étape, au Kenya, de sa tournée sur le continent.

Avant une réunion prévue avec le président kényan Uhuru Kenyatta, Anthony Blinken s'est entretenu mercredi matin avec des dirigeants de la société civile kényane, à qui il a notamment demandé des idées sur la manière d'empêcher les "mauvais joueurs" de mettre à l'épreuve les institutions démocratiques. "Nous avons assisté au cours de la dernière décennie à ce que certains appellent une récession démocratique", a-t-il déclaré lors de cette rencontre, à laquelle participaient notamment des défenseurs des droits, un observateur d'élections et un dirigeant syndical. "Même les démocraties dynamiques comme le Kenya subissent des pressions, en particulier au moment des élections", a souligné le chef de la diplomatie américaine. "Nous avons vu les mêmes défis ici que ceux que nous voyons dans de nombreuses régions du monde: désinformation, violence politique, intimidation des électeurs, corruption d'électeurs", a-t-il ajouté. Faisant écho à des thèmes récurrents de l'administration du président Joe Biden, Anthony Blinken a notamment insisté sur les menaces à la liberté de la presse et sur la corruption qui "portent atteinte" à la démocratie. Le secrétaire d'Etat a reconnu que ces menaces n'épargnent pas non plus les Etats-Unis, où une foule de partisans de Donald Trump, alors président sortant, a pris d'assaut le Capitole, à Washington, le 6 janvier, dans le but de renverser le résultat des élections portant Joe Biden à la Maison-Blanche. "Les Etats-Unis ne sont guère à l'abri de ce défi", a-t-il déclaré: "Nous avons vu à quel point notre propre démocratie peut être fragile". Le Kenya, un des plus anciens alliés des Etats-Unis en Afrique, est un interlocuteur privilégié de l'administration Biden. Le président Kenyatta a été le premier dirigeant africain invité à la Maison Blanche par le président Biden. Les élections au Kenya, où le prochain scrutin présidentiel est prévu en 2022, sont régulièrement marquées par des violences meurtrières. Dans le cadre de sa tournée africaine, Anthony Blinken se rendra également au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, dont les autorités sont critiquées par Washington pour leur attitude envers les droits de l'Homme, notamment lors de la répression policière d'un important mouvement de contestation en octobre 2020. Il ira ensuite au Sénégal, considéré comme un exemple de stabilité démocratique en Afrique.