Kani, légende du théâtre, revisite le destin de l'Afrique du Sud avec Shakespeare

AFRICA RADIO

13 juin 2022 à 8h06 par AFP

Quand John Kani a débuté sa carrière dans les années 1960, il avait pour seule scène une fosse à serpents vide au bord d'un musée sud-africain fermé.

Johannesburg (AFP)

Aujourd'hui, sa dernière production, "Kunene et le Roi", a été lancée avec la Royal Shakespeare Company, l'une des troupes de théâtre britanniques les plus célèbres du Royaume-Uni, et jouée dans le West End, le quartier des grands théâtres de Londres.

Elle reprend aujourd'hui sa tournée en Afrique du Sud, que le Covid et son cortège de fermetures de théâtres avait interrompue.

John Kani a commencé à l'imaginer en 2018, en prévoyant de fêter "l'année suivante le 25e anniversaire de la démocratie en Afrique du Sud" et de "l'avènement de la nouvelle nation arc-en-ciel, non raciale et non-sexiste", explique à l'AFP le comédien, âgé de 79 ans.

La pièce met en scène Lunga Kunene, un infirmier noir d'âge mûr chargé de s'occuper d'un acteur blanc en train de mourir d'un cancer du foie, mais déterminé à vivre assez longtemps pour pouvoir jouer une dernière fois le rôle du vieux Roi Lear de Shakespeare.

"Je voulais créer une intrigue qui force l'un à ne pas pouvoir survivre sans l'autre", explique John Kani.Une pièce de théâtre sur le théâtre, irriguée par Shakespeare.

"Je me suis soudain retrouvé pris dans l'histoire de ces deux hommes, venus de camps opposés et qui voient l'Afrique du Sud différemment, et que seul l'amour de Shakespeare peut rapprocher"."Voilà comment le Roi Lear s'est retrouvé tissé dans leur histoire".

Les deux personnages déclament la tragédie shakespearienne, mettant en exergue le combat de Lear avec la mort.Dont des vers de Jules César, tirées de la pièce originale et d'une traduction en xhosa, la langue maternelle de Kani, qu'il avait jouée à l'école en 1959.

Dans la tournée en cours, Kani joue avec le prolifique acteur sud-africain Michael Richard.

"Lear apprend l'humanité au fil de la pièce", explique ce dernier."Dans cette adaptation, mon personnage apprend l'humanité, comme l'a fait d'une certaine manière l'Afrique du Sud".

- De Mandela à Marvel -

La tragédie portée par la pièce de Kani est contre toute attente devenue réalité.

Dans la production britannique, il partageait l'affiche avec l'acteur sud-africain anobli Anthony Sher, spécialiste de Shakespeare.Et Sher est mort en décembre d'un cancer du foie, la même maladie qui finit par emporter son personnage dans la pièce de Kani.Son jeune frère était lui aussi mort d'un cancer du foie en 2019, au moment où la pièce se montait.

Tragique, la pièce n'en est pas moins parfois très drôle, et fera peut-être redécouvrir Kani à ses jeunes fans qui le connaissent surtout pour avoir joué le père de la Panthère Noire, un super-héros Marvel, en 2018, ou prêté sa voix au shaman mandrill Rafiki dans le remake du Roi Lion en 2019.

Mais en Afrique du Sud, il est surtout une légende du théâtre protestataire.Sa pièce des années 1960 dans la fosse aux serpents l'a amené à collaborer avec Athol Fugard, considéré comme l'un des plus grands auteurs de théâtre nationaux.

Ils ont défié les lois de ségrégation sous l'apartheid en se rencontrant en secret, en organisant des répétitions dans des classes ou garages, sous le harcèlement constant de la très redoutée police.

Ils se sont baptisés les comédiens du Serpent, jouant des classiques comme Antigone dans la fosse aux serpents d'un musée délaissé.

Au début des années 1970, Kani, Fugard et un autre comédien, Winston Ntshona, ont écrit de nouvelles pièces révélant la cruelle réalité de la vie sous l'apartheid.

En 1975, Kani et Ntshona ont gagné un Tony - l'oscar du théâtre - pour "Sizwe Banzi est mort", une pièce qu'ils ont jouée à New York.

Les trois acteurs ont également écrit "L'Ile" sur les conditions de détention à Robben Island, où Nelson Mandela et d'autres militants anti apartheid ont été emprisonnés.

Aujourd'hui, le théâtre sud-africain survit comme il le peut, avec un taux d'occupation des salles toujours limité à 50% par les mesures anti Covid.

Après cette pandémie et ses effets meurtriers à travers le monde, le public reçoit "Kunene et le Roi" d'une manière un peu différente, note Kani.

Avec le Covid, les gens "comprennent le processus" de la maladie et de la mort, dit-il."Les Africains ont un grand respect pour la mort.Et s'ils comprennent le parcours (vers la mort), ils la voient comme la suite de la vie".