L'ONU souhaite un retour des productions agricoles ukrainienne et russe sur les marchés

AFRICA RADIO

4 mai 2022 à 19h21 par AFP

Le secrétaire général de l'ONU a déclaré mercredi qu'il cherchait à faire revenir sur les marchés mondiaux les productions agricoles ukrainienne et russe, pour aider à mettre fin à la crise subie par les pays émergents depuis l'offensive russe en Ukraine.

"Il n'y a vraiment pas de vraie solution au problème de la sécurité alimentaire mondiale sans un retour de la production agricole ukrainienne et de la production alimentaire et d'engrais de la Russie et du Bélarus sur les marchés mondiaux en dépit de la guerre", a déclaré Antonio Guterres lors d'une visite à Abuja avec le président nigérian Muhammadu Buhari. "Je suis déterminé à tout considérer pour faciliter le dialogue qui puisse permettre d'atteindre ces objectifs", a-t-il ajouté. La Russie et l'Ukraine sont deux exportateurs majeurs de blé, maïs, colza et huile de tournesol. La Russie est en outre le premier fournisseur mondial d'engrais et de gaz. L'offensive russe en Ukraine le 24 février et les sanctions économiques qui ont plu sur Moscou ont interrompu les livraisons de blé et autres denrées alimentaires provenant des deux pays, faisant s'envoler les prix des denrées alimentaires ainsi que les prix des carburants, en particulier dans les pays émergents. Antonio Guterres a estimé qu'en a découlé "une crise tri-dimensionnelle qui dévaste les systèmes financier, énergétique et alimentaire mondiaux pour les pays émergents". Fin avril, le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que la guerre en Ukraine assombrissait les perspectives des économies les plus pauvres du Moyen-Orient et alerté sur les "risques de troubles sociaux" en Afrique en raison de la flambée des prix alimentaires. De nombreuses économies de pays d'Afrique subsaharienne ont déjà été frappées de plein fouet par la pandémie liée au Covid-19. La flambée des prix des denrées alimentaires a atteint un nouveau record en mars avec une hausse de 12,6% par rapport à février, dépassant le précédent plus haut de 2011, selon l'indice de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), qui inclut les tarifs des huiles végétales, des céréales ou des produits laitiers. La progression des prix du blé est "particulièrement préoccupante", selon le FMI, car l'Afrique sub-saharienne importe 85% de sa consommation de cette céréale, avec des montants particulièrement élevés en Tanzanie, en Côte d'Ivoire, au Sénégal, et au Mozambique.