Forum Investir en Afrique 2024

Le Botswana menace de couper les ponts avec le géant du diamant De Beers

Le président du Botswana, Mokgweetsi Masisi, a prévenu dimanche que son pays pourrait rompre ses liens avec le géant du diamant sud-africain De Beers si les discussions pour renégocier un accord de vente s'avéraient défavorable pour son pays.

AFRICA RADIO

12 février 2023 à 23h36 par AFP

L'accord de vente de 2011 régissant les conditions de commercialisation des diamants produits par Debswana - une coentreprise à parts égales entre le gouvernement et De Beers - a pris fin en 2021. Il a été prolongé par les parties, qui ont invoqué l'épidémie de coronavirus pour expliquer le retard pris dans la conclusion des négociations, et il prendra fin le 30 juin 2023. S'exprimant lors d'un rassemblement du Parti démocratique du Botswana (BDP), son parti au pouvoir, dans son village natal de Moshupa, à environ 65 kilomètres de la capitale Gaborone, M. Masisi a mis en garde: "Si nous ne parvenons pas à une situation gagnant-gagnant, chaque partie devra faire ses bagages et rentrer chez soi". En vertu de l'accord de 2011, la compagnie minière De Beers recevait 90% des diamants bruts produits tandis que le Botswana, premier producteur de diamants d'Afrique, en recevait 10%. En 2020, la part du Botswana a été portée à 25%. Aujourd'hui, "nous avons eu un aperçu du fonctionnement du marché des diamants et nous avons découvert que nous avions reçu moins que ce que nous devions recevoir", a déclaré M. Masisi, qui s'est exprimé à la fois en anglais et dans la langue locale, le tswana. "Nous avons également découvert que nos diamants rapportent beaucoup de bénéfices et que l'accord (de 2011) ne nous avait pas été favorable", a-t-il ajouté, avant de prévenir: "Nous voulons une part plus importante de nos diamants. Les affaires ne peuvent pas continuer comme avant".