Les chefs d'Etat de la région des grands lacs réaffirment leur engagement à pacifier la région 

RDC - les grands lacs

28 février 2022 à 12h52 par Myriam Iragi /Africa Radio Kinshasa

Les pays signataires de l'Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la Région, ont réitéré leur engagement à contribuer à la pacification de l'Est de la RDC. 6 chefs d'Etats et plusieurs chefs de gouvernement ont pris part jeudi à Kinshasa , au dixième sommet de l'évaluation de l'accord cadre d'Addis-Abeba de 2013 qui vise à restaurer la paix, la sécurité en RDC et dans la région des Grands Lacs. A l'issue du sommet, le président Félix Tshisekedi a pris les commandes de ce mécanisme régional pour les 12 prochains mois.

Le président congolais Félix Tshisekedi prend la direction de ce mécanisme de suivi au moment où l'activité des groupes armés avec son lot de violences quasi quotidiennes, ne faiblit pas notamment dans l'Est de la RDC
 
9 ans après la signature de cet accord à Addis-Abeba en Ethiopie, la RDC reste confrontée aux attaques de groupes armés étrangers comme le FNL burundais, les FDLR rwandais ou encore les ADF Ougandais qui sèment la terreur et créent l'instabilité dans le pays.
 
Face au maigre progrès dans la lutte contre ces milices armées, et conscient des défis sécuritaires qui restent à relever, Félix Tshisekedi a souligné la nécessité pour les Etats signataires, à travailler ensemble afin de combattre ceux qu'il a qualifié d' ennemi commun , en tête, les terroristes de l'ADF. 
 
A titre d’exemple, le président Tshisekedi a cité la mutualisation des forces depuis fin novembre 2021 ,où armées congolaises et celles ougandaises mènent ensemble des opération dans l'est de la RDC pour traquer des combattants ADF/MTN qui opèrent dans l'est à la frontière avec l'Ouganda.
 
Faisant également allusion aux groupes armés, le président sortant l'Ougandais Yoweri Museveni à expliqué qu'il était possible d'en finir définitivement avec les ADF et qu'il aurait déjà échangé sur la question avec ces collègues des pays des Grands Lacs. 
 
Parmi les engagements pris par les pays signataires de l' accord d' Addis-Abeba en 2013, celui de ne pas soutenir des groupes armés pour déstabiliser un autre État membre.   
 
L'Angola, le Burundi , l'Afrique du Sud, et la Centrafrique étaient représentés à ce 10ème sommet par leur chef d’État. La Tanzanie, le Soudan, le Rwanda, et le Kenya ont envoyé des représentants au niveau ministériel. Le secrétaire général adjoint de l'ONU Jean-Pierre Lacroix, un envoyé spécial de l'UE et le président de la commission de l'Union africaine A Moussa FAKI étaient également présents.
 
Les chefs d'Etat de la région des grands lacs réaffirment leur engagement à pacifier la région