Mali: l'organe législatif entame des consultations sur une nouvelle loi électorale

AFRICA RADIO

10 mai 2022 à 15h36 par AFP

L'organe législatif nommé par les autorités maliennes, dominées par les militaires, a entamé depuis quelques jours des consultations en vue d'une nouvelle loi électorale, a-t-on appris mardi auprès de l'institution, alors qu'une date pour des élections reste un point d'achoppement crucial entre la junte et les Etats ouest-africains.

Ces Etats ouest-africains ont pris le 9 janvier une série de mesures économiques et diplomatiques vigoureuses à l'encontre du Mali pour sanctionner l'intention de la junte de se maintenir au pouvoir encore plusieurs années, après deux putschs en août 2020 puis en mai 2021. La junte a opté pour une transition de deux ans alors que la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) demande à Bamako d'organiser des élections en 16 mois maximum. Le projet de loi gouvernemental a été déposé le 6 décembre 2021 au Conseil national de transition (CNT) malien, contrôlé par les militaires, qui tient lieu de Parlement. "Nous avons commencé les (consultations) sur le projet de la nouvelle loi électorale. La commission loi du CNT va donner la parole à toutes les sensibilités politiques et sociales de notre pays", a affirmé mardi à l'AFP le président de la Commission des lois du CNT, Souleymane Dé. "Le but est d'avoir une loi consensuelle pour sortir le pays des crises récurrentes liées à la mauvaise organisation des élections. C'est après les (consultations) qui peuvent prendre le reste du mois de mai que les membres du CNT vont se prononcer sur la loi, avant son adoption ou son rejet au cours d'une plénière", a dit M. Dé. Cette nouvelle loi électorale est actuellement soumise aux acteurs politiques et de la société civile. Plusieurs ex-hauts responsables gouvernementaux et administratifs ont été auditionnés depuis vendredi, selon M. Dé. Le nouveau texte crée une Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE). "Tout membre des forces armées ou de sécurité qui désire être candidat aux fonctions de président de la République doit démissionner ou demander son départ à la retraite au moins six mois avant la fin du mandat en cours du président de la République", selon le projet de loi. Le Mali est le théâtre depuis 2012 d'opérations de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, ainsi qu'à des violences de toutes sortes perpétrées par des milices autoproclamées d'autodéfense et des bandits. Les forces régulières sont elles-mêmes accusées d'exactions. Ces violences, parties du nord en 2012, se sont propagées au centre, puis au Burkina Faso et au Niger voisins. Elles ont fait des milliers de morts civils et militaires ainsi que des centaines de milliers de déplacés, malgré le déploiement de forces onusiennes, françaises et africaine. Trente-deux femmes d'un village dans la région de Djenné (centre, région actuellement un des foyers de la crise sahélienne) ont été brièvement enlevées vendredi par un groupe de jihadistes, a indiqué mardi à des journalistes la ministre malienne de la Famille, Founè Coulibaly. Selon la ministre, deux groupes de femmes (l'un collectant du bois de chauffe et l'autre participant à une pêche collective) ont été enlevés. Alerté sur cet incident, un groupe de chasseurs traditionnels locaux est alors parti à leur recherche. Après des échanges de tirs, les jihadistes ont pris la fuite et relâché ces femmes, a rapporté la ministre. La Commission nationale des droits de l'Homme (CNDH) du Mali a exprimé dans un communiqué "sa vive préoccupation face à ces graves abus des droits humains", rappelant l'obligation de l'Etat de "faire respecter les droits fondamentaux" des Maliens, et "singulièrement" ceux des femmes en période de conflit.