Mali: la force française Barkhane "neutralise" 15 membres du groupe Etat islamique

AFRICA RADIO

25 mars 2022 à 18h06 par AFP

La force française anti-jihadiste Barkhane, qui est en train de se retirer du Mali, a "neutralisé" 15 jihadistes appartenant au groupe Etat islamique à proximité de la frontière avec le Niger, a indiqué vendredi l'état-major français à l'AFP.

Jeudi à la mi-journée, un drone Reaper de Barkhane "en mission de reconnaissance a identifié une colonne de treize motos aux abords de la frontière malo-nigérienne", a expliqué à l'AFP le colonel Pascal Ianni, porte-parole de l'état-major. "Le recoupement de différents renseignements a permis de confirmer qu'il s'agissait d'éléments appartenant à l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), en déplacement vers la région de Ménaka", a-t-il ajouté. Une frappe a été effectuée sur la colonne. Les "quinze terroristes ont été neutralisés", a-t-il précisé en estimant que l'opération avait peut-être empêché une attaque. Les armées françaises emploient le mot "neutraliser" pour dire éliminer. Quelque 2.400 militaires français sont déployés au Mali, sur un total de 4.600 au Sahel. Le 17 février, le président français Emmanuel Macron avait annoncé leur retrait "en raison des multiples obstructions des autorités de transition maliennes", des militaires qui ont pris le pouvoir par la force en 2020 et avec lesquelles les relations avec Paris n'ont cessé de se dégrader. Paris a depuis plusieurs fois réaffirmé que tout en organisant ce départ très complexe sur le plan logistique, elle n'entendait pas cesser son combat contre les jihadistes affiliés à l'EI ou à Al-Qaïda qui sévissent dans la région. La France souhaite rester engagée dans la région sahélienne et travailler avec les pays voisins du Golfe de Guinée et d'Afrique de l'Ouest, où les jihadistes menacent de se disséminer. L'action de jeudi "constitue un nouveau succès tactique pour la force Barkhane qui reste pleinement engagée dans le combat contre les groupes armés terroristes", a souligné le colonel Pascal Ianni.