Migrants: MSF trouve dix cadavres sur un bateau bondé au large de la Libye

Par AFP

AFRICA RADIO

Dix cadavres de migrants, sans doute morts étouffés, ont été découverts à bord d'une embarcation de fortune bondée au large des côtes libyennes, a annoncé l'ONG Médecins sans frontières (MSF).

Le navire de secours de l'ONG, le "Geo Barents", a secouru les 99 survivants, a-t-elle précisé mardi soir. "Dans la cale bondée du bateau en bois, dix personnes ont été retrouvées mortes", a tweeté MSF. "10 morts évitables (...) 10 personnes qui sont mortes étouffées, au bout de 13 heures de dérive en mer. L'itinéraire le plus meurtrier en Méditerranée. Comment pouvons-nous accepter cela en 2021?" Dans un communiqué mercredi, MSF a précisé que les victimes retrouvées dans la cale de l'embarcation de fortune étaient probablement mortes étouffées par les gaz d'échappement du moteur. Il a fallu deux heures pour transborder les corps à bord du "Geo Barents", où ils seront conservés jusqu'à ce qu'on puisse leur assurer une sépulture décente, selon MSF. Des dizaines de milliers de personnes tentent d'arriver en Europe en traversant la Méditerranée, à partir de la Libye ou de la Tunisie, pour arriver généralement en Italie. Ce trajet est extrêmement dangereux: au moins 1.236 personnes ont déjà péri cette année en tentant cette traversée, contre 858 sur la même période en 2020, selon Flavio Di Giacomo de l'Organisation des migrations internationales (OMI) de l'ONU. L'opération de secours du "Geo Barents" a "probablement permis d'éviter d'autres victimes", a-t-il tweeté, soulignant "le besoin de renforcer les patrouilles en mer". "Un jour comme aujourd'hui, quand nous transportons dix cadavres à bord de notre navire, nous sommes encore une fois témoins du manque de volonté de l'Europe de garantir un système de recherche et de secours dont nous avons désespérément besoin dans le centre de la Méditerranée", a dénoncé la cheffe de mission de MSF à bord du "Geo Barents", Caroline Willemen, dans un communiqué. Selon MSF, le "Geo Barents" transporte actuellement 186 personnes, dont des femmes et des enfants, le plus jeune étant âgé de dix mois. Ils sont originaires de Guinée, du Nigeria, de Côte d'Ivoire, de Somalie et de Syrie. "Beaucoup d'entre eux sont traumatisés par leur épreuve horrible", a précisé l'ONG, qui a demandé un port sûr pour pouvoir les débarquer.